Dans l’Oise, un équipage de chasse à courre sanctionné pour un tir près d’habitations

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un équipage de veneurs de l’Oise, dont l’un des membres avait tiré avec son fusil pour abattre un cerf près d’habitations à Morienval le 22 décembre, a été suspendu 15 jours, a-t-on appris vendredi auprès de la préfecture.

« La préfète de l’Oise Corinne Orzechowski a décidé de suspendre pour 15 jours l’attestation de conformité de meute délivrée à l’équipage de la Futaie des Amis, sous la responsabilité duquel la chasse à courre concernée a eu lieu », est-il indiqué dans un communiqué.

Le cerf poursuivi ce jour-là s’était retrouvé aux abords d’un hameau et aurait dû être gracié, selon la réglementation.

Mais « un membre de cet équipage a néanmoins fait feu avec son fusil » pour l’abattre, est-il souligné dans le communiqué.

« Ce comportement individuel constitue une faute qui n’est pas acceptable », estime la préfecture qui « envisage » de « demander au veneur concerné de se dessaisir de ses armes ». L’homme en question a été exclu de son équipage.

« Ce garçon m’a lui-même proposé de ne plus en faire partie. Il est conscient d’avoir pris la mauvaise décision », relate à l’AFP Alain Drach, maître de l’équipage de la Futaie des Amis. Au moment de l’incident, il éloignait les chiens du hameau, comme le prévoit la réglementation.

S’il reconnaît « un acte contre la loi », Alain Drach estime que ce « carton rouge » ne devrait « concerner que le joueur qui a mal agi, et pas l’équipage dans son ensemble ».

Stanislas Broniszewski du collectif AVA (« Abolissons la Vénerie Aujourd’hui ») dénonce à l’inverse « l’accumulation d’incidents depuis des années » et continue de demander « la suspension définitive de cet équipage ».

Alain Drach accuse en retour le collectif AVA de « perturber systématiquement les chasses » et de « chercher l’incident ».

Le 22 décembre, le collectif serait « arrivé avec une voiture pour pouvoir filmer, et a bloqué la route ». « Sans cela, le cerf repartait dans la forêt », d’après le maître d’équipage.

Le parquet de Senlis a de son côté ouvert une enquête pour « mise en danger de la vie d’autrui » et « infractions à la législation sur la chasse ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available