Hong Kong interdit aux passagers de 153 pays de transiter par son aéroport

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les passagers aériens en provenance de 153 pays ne pourront plus transiter par Hong Kong, afin de prévenir la propagation du Covid-19, a annoncé vendredi l’aéroport de la ville.

Cette suspension, qui concerne tous les pays classés à « haut risque » sanitaire par les autorités hongkongaises, prendra effet dimanche pour une durée d’un mois. Elle vise à « contrôler la propagation du très contagieux variant Omicron du Covid-19 », a indiqué l’aéroport sur son site internet.

Hong Kong interdit déjà l’accès à son territoire, depuis le 8 janvier, à tout passager ayant séjourné plus de deux heures au cours des 21 derniers jours dans huit pays (Australie, Canada, Etats-Unis, France, Inde, Pakistan, Philippines, Royaume-Uni).

Le transit par l’aéroport de Hong Kong sera désormais interdit pour les personnes provenant de tous les autres pays jugés à « haut risque ». Entrer à Hong Kong restera possible pour elles, à condition qu’elles soient complètement vaccinées et moyennant 21 jours de quarantaine à l’arrivée.

Cette décision est un nouveau coup dur pour la compagnie aérienne Cathay Pacific, basée à Hong Kong, qui a déjà diminué drastiquement ses vols depuis le début de la pandémie.

De nombreuses autres compagnies ont également réduit leurs vols vers la ville ou ont cessé de la desservir, en raison des longues quarantaines imposées aux passagers et membres d’équipage.

L’interdiction du transit par Hong Kong est susceptible d’avoir un impact sur les préparatifs des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, qui débutent le 4 février. De nombreuses délégations sportives ont prévu de changer d’avion à Hong Kong pour se rendre dans la capitale chinoise.

L’agence Bloomberg, citant des sources anonymes, avait indiqué plus tôt cette semaine qu’une interdiction de transit ne s’appliquerait pas aux sportifs, diplomates et autres membres des délégations officielles se rendant aux JO.

Mais le communiqué de l’aéroport vendredi ne mentionne aucune exception. Joint par l’AFP, un porte-parole de l’aéroport n’a fourni aucune clarification dans l’immédiat.

Avec la Chine continentale, Hong Kong est l’un des derniers endroits du monde à s’accrocher à la stratégie « zéro Covid », consistant à éviter à tout prix la propagation du coronavirus sur son territoire et en une politique draconienne d’isolement des malades et de leurs contacts.

Cette stratégie a permis à la ville de 7,5 millions d’habitants de n’enregistrer qu’un peu plus de 12.000 cas et seulement 213 décès depuis le début de la pandémie, mais au prix d’un isolement international coûteux pour ce grand centre financier mondial.

Les autorités sont sur le pied de guerre depuis l’apparition d’un petit foyer de contaminations locales à Omicron dans un restaurant, qui a déclenché des campagnes de tests massives, un traçage effréné des cas contacts, la fermeture des écoles primaires, bars, installations sportives, écoles, cinémas et musées, et un couvre-feu pour les restaurants à partir de 18h00.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available