Laminute.info: site d'actualité générale

la saison 4 joue sur les points forts de la série

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp
la saison 4 joue sur les points forts de la série

Doom Patrol saison 4 partie 1 critique

Patrouille du destin

N’est-ce pas comme le Patrouille du destin faire de la saison où ils décident enfin de devenir des super-héros la moins super-héroïque à ce jour ? Bien sûr, le gang n’a jamais eu la meilleure compréhension de ses capacités pour commencer, mais dans la première partie de la saison quatre, ils sont particulièrement dépourvus de puissance. (La deuxième partie débutera l’année prochaine.) Ce n’est pas non plus le bon moment pour eux de se relâcher, car l’équipe se retrouve à regarder non pas une, mais deux apocalypses. Mais c’est une grande partie du problème : s’ils décident de s’appeler la Doom Patrol ou pas, les apocalypses commencent à arriver et elles ne s’arrêtent pas.

Nos héros – dont Laura De Mille (Michelle Gomez) – sont aussi charmants et irrévérencieux que jamais. Mais le fait qu’ils ne le fassent pas vraiment fais tout peut être frustrant. Vic (Jovian Wade) a échangé sa technologie Cyborg pour essayer d’être normal, mais pour une raison quelconque, il a décidé de rester pour être l’informaticien de l’équipe. (Une rencontre avec les amis du collège éloignés de Vic est à la fois touchante et offre l’opportunité la plus naturelle que cette version du personnage ait encore connue pour lui de dire « Booyah ».)

De même, Jane (Diane Guerrero) cherche sans but un but qui n’implique pas la protection de Kay (Skye Roberts) – ni beaucoup de super-héros de ses autres personnalités. Et Larry (joué par Matthew Zuk et exprimé par Matt Bomer) a non seulement du mal à mettre efficacement son nouvel esprit négatif en action, mais passe en fait une grande partie de ces épisodes séparés de celui-ci. (Vous vous lasserez de voir Larry appeler plaintivement : « Keeg? » alors qu’il cherche son enfant-esprit adolescent disparu.)

Rita (April Bowlby) et Cliff (joué par Riley Shanahan et exprimé par Brendan Fraser) sont également perdus, mais leurs objectifs sont au moins un peu plus clairs. (Et notamment, ce sont les seules qui, à part Laura, gardent le plus le contrôle de leurs capacités.) Rita a découvert un sens de soi avec la Sisterhood of Dada qu’elle a du mal à retrouver avec l’équipe, qui fait tout le aggravée par la présence de son ennemi juré, Laura. Pendant ce temps, le petit-fils de Cliff, Rory, reste son étoile polaire, mais il est déchiré entre se faire ou le monde meilleur pour sa famille. (S’il améliore le monde par la violence, comment peut-il devenir un homme meilleur ?)

Revue de la saison 4 de Doom Patrol

Patrouille du destin

Mis à part le manque de super pouvoirs, le fait que ces personnages ne grandissent jamais commence à vieillir aussi. Là encore, le fait qu’ils soient coincés dans un développement arrêté perpétuel est au cœur de la saison. Celui du chef (Timothée Dalton) les expériences ont imprégné les membres originaux de l’équipe d’immortalité, et il y a un nouveau grand méchant qui cherche à voler leur longévité. Parallèlement à la montée prophétisée d’Immortus vient une flopée d’antagonistes mineurs, y compris le très bienvenu Sendhil Ramamurthy (bien que sa chimie avec Larry, le personnage avec qui il partage le plus de temps à l’écran, ne soit pas tout à fait à la hauteur).

Ce lot d’épisodes nous a également amenés à sélectionner quelques petits points de l’intrigue. (Alors, comment Rita a-t-elle découvert cette utilisation particulière d’une méduse? Et comment Cliff et Jane sont-ils entrés dans cette dimension de poche particulière?) Mais il parvient toujours à récompenser le spectateur en tissant des morceaux des saisons précédentes dans une tapisserie engageante. Ou peut-être devrions-nous dire mégots et des morceaux, parce que ceux sacrés derrières font toujours des problèmes, et cette saison, ils jouent un rôle encore plus central. De plus, le spectacle fait un grand usage d’autres personnages et fils d’une manière non seulement satisfaisante, mais qui rappelle également Patrouille du destinles racines de la bande dessinée.

Doom Patrol Saison 4 | Bande-annonce officielle | HBO Max

Dans l’ensemble, la première partie de la quatrième saison plaira certainement aux fans, tout aussi sûrement que le cliffhanger de mi-saison leur donnera envie de plus. Patrouille du destin est toujours solide et sait jouer de ses atouts qui sont de se moquer de tout et de rien (il y a un malin Riverdale peu qui nous a ravis) et se rétrécir sur les relations d’équipe. Les meilleures scènes se déroulent entre paires, comme la toujours formidable amitié Jane-Cliff ou la rivalité Rita-Laura (Jane-Vic et Laura-Cliff ont également des quêtes secondaires d’as). Si les scènes de groupe n’ont pas la même profondeur, eh bien, cette saison et l’équipe elle-même sont toujours en chantier.


Patrouille du destin la saison quatre, première partie, sera diffusée le 8 décembre sur HBO Max.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus