in

État des lieux dans les entreprises publiques

Les protestations et grèves des employés, ex-employés et retraités des entreprises publiques telles que le Chantier Naval, Labogenie ou encore Matgenie, continuent de semer le désordre dans le quotidien camerounais. Ces mouvements récurrents révèlent un malaise profond et récurrent au sein de ces entités, réclamant une attention immédiate des autorités.

Le dernier épisode en date remonte au 27 novembre dernier, où les retraités du Matgenie ont entamé un sit-in devant le siège de la direction générale, exigeant le versement de leurs droits sociaux, conformément aux engagements pris par le top management, suite aux directives du ministère des Travaux publics.

Les témoignages des manifestants peignent un tableau alarmant de la situation. « Incapable de subvenir à nos besoins essentiels », déplore un retraité, mettant en évidence le préjudice subi par ces anciens employés qui ont pourtant consacré leur carrière à ces entreprises.

Cette situation de contestation n’est pas isolée. Des grèves précédentes au Labogenie et au Chantier Naval ont également fait écho à des revendications concernant les conditions de travail, les arriérés de salaires et d’autres droits non honorés.

Pour les observateurs, ces mouvements sociaux trouvent leur origine dans des lacunes de gestion et de management au sein de ces entreprises publiques. « Une affaire de l’État rarement gérée comme dans le privé », souligne un économiste, mettant en lumière des pratiques de fonctionnariat déconnectées du dynamisme économique et de la satisfaction client.

Outre ces défis de gestion interne, la situation macroéconomique du pays a également été pointée du doigt. Les multiples crises sécuritaires et les réallocations budgétaires effectuées par l’État pour y faire face impactent ces entités, bien que certaines puissent générer des ressources propres.

Un économiste affirme que « ces remous sociaux au sein des entreprises publiques soulèvent des interrogations quant à la nécessité d’une refonte profonde de leur mode de fonctionnement et de gestion, et appellent à des solutions urgentes pour éviter une détérioration plus profonde de la situation socio-économique du pays« .

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR actucameroun.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Le Milan AC mord la poussière contre l’Atalanta Bergame !

L’astuce WhatsApp pour cacher vos conversations verrouillées