in

Israël tente de forcer les Gazaouis à entrer en Égypte (chef de l’UNRWA, Lazzarini)

Le chef de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens a accusé Israël de préparer le terrain pour l’expulsion massive des habitants de Gaza vers l’Égypte à travers la frontière du territoire.

Dans un article d’opinion publié samedi dans le Los Angeles Times, le chef de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a souligné l’aggravation de la crise humanitaire à Gaza et la concentration croissante près de la frontière de civils déplacés qui ont fui les combats, d’abord au nord puis plus au sud.

« Les Nations Unies et plusieurs États membres, dont les États-Unis, ont fermement rejeté le déplacement forcé des Gazaouis hors de la bande de Gaza », a déclaré Lazzarini.

« Mais les développements auxquels nous assistons témoignent de tentatives visant à déplacer les Palestiniens vers l’Egypte, qu’ils y restent ou qu’ils soient réinstallés ailleurs. »

Les destructions généralisées dans le nord du territoire palestinien et les déplacements qui en ont résulté constituaient « la première étape d’un tel scénario », a-t-il ajouté, tandis que le fait de forcer les civils de la ville méridionale de Khan Younis à se rapprocher de la frontière était la suivante.

« Si cette voie continue, conduisant à ce que beaucoup appellent déjà une seconde Nakba, Gaza ne sera plus une terre pour les Palestiniens », a déclaré Lazzarini, utilisant le terme arabe désignant l’exode ou le déplacement forcé de 760 000 Palestiniens au cours de la guerre qui a coïncidé avec Création d’Israël en 1948.

Un porte-parole du bureau du ministère israélien de la Défense chargé des affaires civiles palestiniennes n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaires sur l’accusation de Lazzarini.

Interrogé sur la possibilité d’évacuer des personnes vers l’Egypte la semaine dernière, un porte-parole du gouvernement a déclaré qu’Israël « se concentrait sur la mise hors de danger des civils à l’intérieur de la bande de Gaza ».

Un petit nombre de Gazaouis ont été autorisés à entrer en Égypte pour y recevoir des soins médicaux, et certains ressortissants étrangers coincés sur le territoire au début de la guerre ont également été autorisés à évacuer par le terminal de Rafah – la seule frontière de Gaza qui ne soit pas sous contrôle israélien.

Mais d’autres Palestiniens sont actuellement empêchés de quitter le territoire, avec environ 1,9 million de personnes déplacées, sur une population de 2,4 millions, transformant la ville frontalière de Rafah en un vaste camp.

Les groupes humanitaires ont tiré la sonnette d’alarme sur la situation humanitaire « apocalyptique » dans ce territoire étroit, avertissant qu’il est sur le point d’être submergé par la maladie et la famine.

Le bulletin d’information quotidien de Sabah

Tenez-vous au courant de ce qui se passe en Turquie, dans sa région et dans le monde.


Vous pouvez vous désabonner à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d’utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d’utilisation de Google s’appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

À Gaza, après les images de détenus palestiniens dénudés, l’armée israélienne se justifie

The Crown saison 6, têtes d’affiche uniquement