in

Mauvaise nouvelle, Eto’o face à l’imposition du nouveau Sélectionneur ?

Samuel Eto’o, à la tête de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), se trouvera avec des options limitées concernant la nomination du prochain entraîneur des Lions Indomptables.

Selon Jeune Afrique, le contrôle absolu dont jouissait le chef du football camerounais en 2022, période pendant laquelle il avait choisi Rigobert Song comme sélectionneur malgré l’avis contraire du ministre des Sports, Narcisse Mouelle Kombi, ne sera plus d’actualité. À cette époque, le ministre avait préféré conserver Toni Conceição, le technicien portugais, dont le licenciement aurait coûté à la Fécafoot un minimum de 1,6 million d’euros.

Mauvaise nouvelle, Eto'o face à l'imposition du nouveau Sélectionneur ?

Sans nouvelles de leur supérieur, il semble peu probable que Song et son équipe soient maintenus au-delà de la fin de leur contrat, qui se termine le 28 février. « On s’oriente davantage vers un départ. Cependant, il est nécessaire d’attendre une confirmation officielle », a révélé un représentant de la Fécafoot à Jeune Afrique. Après l’échec des négociations avec l’ancien sélectionneur de la Gambie, Tom Saintfiet, il est fortement envisagé qu’un entraîneur par intérim prenne place sur le banc lors de la pause internationale de mars, selon le média. L’ambition est de nommer un sélectionneur compétent à temps pour préparer les Lions Indomptables aux troisième et quatrième journées des éliminatoires de la Coupe du Monde 2026 en juin.

“C’est la présidence qui tranchera”

« Cette fois-ci, c’est le président Paul Biya qui aura le dernier mot dans le choix du nouvel entraîneur, » confirme Jeune Afrique, citant des sources proches de la Fécafoot et du ministère des Sports. La sélection du futur technicien se fera suivant un protocole rigoureux. « Un appel à candidatures sera lancé et les CV soumis à la Fécafoot seront évalués par une commission technique, qui établira une liste restreinte de probablement trois candidats. Ces derniers seront ensuite interviewés. La décision finale reviendra à la présidence, comme c’était le cas auparavant. ‘Celui qui finance a le dernier mot, c’est logique. Cela ne veut pas dire que Samuel Eto’o ne pourra pas soutenir un candidat, mais il ne sera pas celui qui prendra la décision finale‘ », explique une source citée par le magazine.

“C’est la présidence qui tranchera”“C’est la présidence qui tranchera”

D’après Jeune Afrique, les performances décevantes des Lions Indomptables et divers scandales affectant la réputation de la Fécafoot nuisent à Samuel Eto’o. « L’État est totalement informé de la situation financière précaire de la fédération, qui doit régler des indemnités à Toni Conceição et son équipe. Le paiement de certains fournisseurs est suspendu, et le conflit avec l’équipementier français Le Coq Sportif pourrait s’avérer coûteux, » divulgue une source. « Ainsi, il est envisageable que l’État intervienne pour soutenir la Fécafoot, au moins en partie, face à ces problèmes, » ajoute-t-on.

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE ORIGINAL SUR www.afriquesports.net

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Les États-Unis utilisent déjà l’IA pour mener des frappes aériennes

Un séisme de magnitude 3,4 s'est produit près de Saignelegier (JU)