in

Un naufrage de migrants au large de Saint Louis au Sénégal fait au moins 24 morts

Au moins 24 personnes, probablement des migrants tentant de rejoindre l'Europe, se sont noyées lorsque leur bateau a chaviré au large de la région sénégalaise de Saint-Louis, ont confirmé jeudi les autorités locales.

Le gouverneur Alioune Badara Samb a déclaré que 24 corps avaient été retrouvés depuis mercredi après que le bateau ait rencontré des difficultés dans une partie particulièrement dangereuse de la côte nord.

L'estuaire de Saint-Louis, où le fleuve Sénégal rencontre l'océan Atlantique, est connu pour ses forts courants et ses zones de boue épaisse.

Samb n'a pas précisé combien de personnes manquaient à bord du navire, qui, selon des témoins, aurait pu transporter plus de 300 personnes.

Plusieurs survivants ont réussi à atteindre le rivage et se sont dispersés parmi les habitants sur les rives, ce qui rend difficile de dire exactement combien de personnes étaient impliquées, a-t-il déclaré.

Mamady Dianfo, un survivant originaire de Casamance, dans le sud, a déclaré à l'AFP qu'il y avait plus de 300 personnes à bord lorsque le bateau a quitté le Sénégal il y a une semaine.

Un autre survivant, Alpha Balde, a estimé qu'il y avait plus de 200 passagers.

Dianfo a déclaré que le navire avait atteint le Maroc, plus au nord de la côte, mais le capitaine a ensuite déclaré qu'il était perdu et qu'il ne pouvait plus continuer le voyage.

« Nous lui avons demandé de nous ramener au Sénégal », a-t-il déclaré.

La côte sénégalaise est un point de départ de plus en plus courant pour les Africains fuyant la pauvreté et le chômage et se dirigeant vers les îles Canaries, leur port d'entrée en Europe.

L'agence frontalière de l'Union européenne, Frontex, affirme que le Sénégal et le Maroc sont les pays d'origine les plus courants des migrants arrivant sur l'archipel espagnol de l'Atlantique.

Selon l'ONG espagnole Caminando Fronteras, sur les plus de 6 600 migrants morts ou portés disparus en tentant de rejoindre l'Espagne l'année dernière, la grande majorité s'est perdue sur la dangereuse route de l'Atlantique.

Le bulletin d'information quotidien de Sabah

Tenez-vous au courant de ce qui se passe en Turquie, dans sa région et dans le monde.


Vous pouvez vous désabonner à tout moment. En vous inscrivant, vous acceptez nos conditions d'utilisation et notre politique de confidentialité. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Google s'appliquent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    Rachida Dati «gênée par la sanction collective»

    Une tournure ensoleillée sur la procédure réseau