Municipales: « Aucune alliance » possible du PS avec LREM, assure Faure

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

« Aucune alliance » ne sera possible entre des candidats socialistes et LREM lors des municipales, et ceux qui souhaitent soutenir un candidat de la majorité devront quitter le PS, a prévenu lundi le premier secrétaire Olivier Faure.

« Pour toutes celles et ceux qui se sont battus toute leur vie pour lutter contre les inégalités, les discriminations, les injustices, ceux-là ne peuvent pas rejoindre cette majorité et c’est la raison pour laquelle il n’y aura aucune alliance en France avec En Marche pour des candidats socialistes », a souligné M. Faure sur Europe 1.

Interrogé sur l’affaire du courrier signé du directeur de cabinet de Richard Ferrand, Jean-Marie Girier, se proposant de créer une « task-force (équipe dédiée, ndlr) pour +chasser+ les maires » PS, il a indiqué avoir écrit au président de l’Assemblée nationale « pour lui demander » quelles étaient les fonctions et missions exactes de son collaborateur.

Comment des socialistes pourraient-ils « rejoindre » la majorité, alors que « l’acte 2 du quinquennat » d’Emmanuel Macron consiste à vouloir « prélever 3,5 milliards sur les chômeurs, reprendre de l’argent supplémentaire sur les APL, fixer un âge pivot à 64 ans pour les retraites, (demander à) des gens déjà largement précaires (…) de choisir entre la décote ou la misère pendant des années avant de toucher la retraite à taux plein », a-t-il énuméré.

« S’il en est qui considèrent que cette politique-là est une politique qu’ils peuvent soutenir, alors ce que je leur dis c’est qu’il faut qu’ils partent à La République en marche, il faut qu’ils considèrent que leur place n’est plus chez les socialistes, n’est plus à gauche », a tranché Olivier Faure.

Interrogé par ailleurs sur le retour sur le devant de la scène de Bernard Cazeneuve, qui fait envisager à certains une candidature de l’ancien Premier ministre à la présidentielle de 2022, M. Faure a remarqué que « nous sommes encore à trois ans de l’élection présidentielle ». « Pitié, de grâce, ne commençons pas, trois ans à l’avance, à faire l’élection présidentielle, quand nous avons tout le temps pour pouvoir avancer et rassembler les forces éparses de la gauche », a-t-il demandé.

Soulignant que M. Cazeneuve est « un ami personnel » et « un atout pour la gauche », il a estimé qu' »il faut allier l’expérience et la nouveauté ». « Et vous ne me ferez pas dire quoi que ce soit de plus ou de moins », a-t-il conclu.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus