Le démocrate Julian Castro abandonne la course présidentielle de 2020

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

AUSTIN, TEXAS –
L'ancien secrétaire au logement d'Obama, Julian Castro, a mis fin jeudi à sa candidature à la présidence, ce qui a poussé le champ de l'immigration en 2020 et a balancé durement ses rivaux sur la scène du débat, mais n'a jamais trouvé de pied à terre pour se hisser à l'arrière du peloton.

"Je suis tellement fier de la campagne que nous avons menée ensemble. Nous avons façonné la conversation sur tant de questions importantes dans cette course, avons défendu les personnes les plus vulnérables et donné une voix à ceux qui sont souvent oubliés", Castro a déclaré dans une vidéo en ligne. "Mais avec seulement un mois avant les caucus de l'Iowa, et étant donné les circonstances de cette saison de campagne, j'ai déterminé que ce n'est tout simplement pas notre temps."

La vidéo continue: "Donc, aujourd'hui, c'est avec le cœur lourd et avec une profonde gratitude que je vais suspendre ma campagne pour la présidence. À tous ceux qui ont été inspirés par notre campagne, en particulier nos jeunes, continuez à réaliser vos rêves – et continuez se battre pour ce en quoi vous croyez. " Il conclut, "┬íGanaremos un dia!" – ce qui se traduit par "Nous gagnerons un jour!"

Castro, qui a lancé sa campagne en janvier, a abandonné après avoir échoué à recueillir suffisamment de soutien dans les sondages ou les dons pour faire les récents débats démocrates. Un ancien maire de San Antonio qui était le seul Latino de la course, Castro avait décroché la majeure partie de sa campagne aux alentours de 1% dans les sondages et était entré en octobre à bas prix.

Castro, 45 ans, était parmi les plus jeunes en lice à un moment où l'aile gauche ascendante du parti exige un changement de génération. Et en tant que petit-fils d'un immigrant mexicain, Castro a déclaré qu'il reconnaissait le sens de sa candidature face à la rhétorique anti-immigrée incendiaire du président Donald Trump et aux politiques radicales à la frontière américano-mexicaine.

Mais il s'est efforcé de ne pas être mis sur la sellette en tant que candidat unique. Castro a fait le choix de attirer l'attention de Porto Rico comme premier arrêt de campagne, a récité les noms des victimes noires tuées lors de fusillades policières de haut niveau et a été le premier sur le terrain à appeler à la destitution de Trump.

Mais ses chiffres de sondage affaissés n'ont jamais bougé. Il a souvent été éclipsé par un autre Texan dans la course qui a abandonné cet automne, l'ancien représentant Beto O'Rourke, et un autre jeune ancien maire, Pete Buttigieg de South Bend. Sa campagne et ses partisans, quant à eux, ont grommelé que Castro n'ait pas obtenu le crédit nécessaire pour avoir pris des positions originales.

En essayant de montrer qu'il pouvait aller aux pieds avec Trump, Castro a balancé pendant de grands moments sur les scènes de débat et a flirté avec une évasion bien nécessaire en juin après avoir confronté O'Rourke au sujet de ne pas soutenir la décriminalisation des passages frontaliers illégaux.

Mais tourner son regard vers Biden à un stade ultérieur a entraîné un contrecoup rapide. Au cours du débat de septembre à Houston, Castro a semblé évoquer les préoccupations concernant l'âge de l'ancien vice-président de 76 ans, et lui a ajouté un coup de départ.

"Je réalise l'héritage de Barack Obama, et vous ne l'êtes pas", a déclaré Castro.

Castro – qui était le secrétaire au logement d'Obama dans son deuxième mandat – a nié avoir fait une fouille personnelle à Biden, car d'autres sur le terrain ont condamné l'échange. Trois jours plus tard, Castro a perdu l'un de ses trois partisans au Congrès, le représentant Vicente Gonzalez du Texas, qui a transféré son approbation à Biden.

Castro avait averti ses partisans dans un appel à la collecte de fonds que l'échec de l'étape du débat de novembre signifierait la fin de sa campagne. Il devait atteindre au moins 3% des sondages dans quatre premiers sondages nationaux ou nationaux, mais n'en a même pas obtenu un.

La suite de Castro n'est pas claire. De retour au Texas, les démocrates avaient longtemps considéré Castro comme leur plus grande star en attente et certains l'ont exhorté à se porter candidat au poste de gouverneur alors que les tendances de l'État étaient plus diverses et libérales.

Castro a été identifié comme une étoile démocrate montante après avoir été élu maire de la septième plus grande ville du pays à 34 ans, et il figurait sur la liste restreinte du colistier d'Hillary Clinton en 2016. Mais il a repoussé cette fois les suggestions sur la campagne électorale. autour de cela, il auditionnait à nouveau pour ce rôle.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus