La police arrête 7 personnes dans l'agression sexuelle de la foule du Nouvel An en Égypte

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

LE CAIRE –
La police a arrêté sept jeunes hommes pour avoir prétendument participé à l'agression sexuelle d'une jeune femme lors d'une fête de la Saint-Sylvestre, a déclaré vendredi un responsable de la sécurité.

Depuis mercredi, une vidéo montrant plusieurs dizaines d'hommes poussant une femme hurlante portant une minijupe noire et un manteau de fourrure est devenue virale sur les réseaux sociaux, ravivant une longue controverse sur le harcèlement sexuel endémique en Égypte.

Le général de police Sayed Sultan, chef du bureau d'enquête de Daqahleya, a déclaré que la victime était une femme de 20 ans qui était sortie avec une amie le soir du Nouvel An dans la ville de Mansoura, dans le delta du Nil. Alors qu'il marchait dans une rue principale animée, un groupe de jeunes hommes se sont rassemblés autour d'elle et l'ont harcelée verbalement, a-t-il déclaré, citant la déclaration de la victime. Certains passants se sont affrontés avec les harceleurs, essayant de la défendre jusqu'à ce qu'elle finisse par être piégée physiquement entre les deux camps.

Dans la vidéo, certains hommes brandissaient des bâtons et sautaient par-dessus une voiture, dans laquelle la femme est finalement montée. La poignée d'hommes qui l'ont montée dans la voiture tentaient apparemment de l'aider à échapper à l'agression.

En interrogeant les commerçants qui ont été témoins de l'incident et en vérifiant les caméras de surveillance, Sultan a déclaré que la police avait pu identifier les suspects, âgés de 18 à 20 ans. Ni la victime ni aucun des suspects n'a été identifié.

Les enquêtes indiquent que la grande majorité des femmes égyptiennes ne se sentent pas en sécurité dans la rue et qu'il y a eu de multiples agressions sexuelles massives contre des femmes lors de manifestations politiques. Mais les sondages ont révélé que la plupart des hommes et des femmes du pays musulman conservateur pensent que le harcèlement est justifié si les femmes s'habillent "de façon provocante" en public.

En 2014, le code pénal égyptien a été modifié sous la pression des groupes de femmes pour élargir la définition du harcèlement sexuel et durcir les sanctions. Mais les groupes de défense des droits disent que les autorités ne font pas assez pour lutter contre le problème. La plupart des femmes hésitent également à porter plainte par peur de la stigmatisation.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus