in

Qui partagera les horreurs de l'Holocauste alors que ses survivants disparaissent?

TORONTO –
Alors que l'Holocauste s'efface de plus en plus dans le cours de l'histoire, certaines enquêtes suggèrent qu'il peut être difficile de garder la mémoire de l'une des plus grandes atrocités de l'humanité.

Lundi marque 75 ans depuis la libération d'Auschwitz, le plus tristement célèbre des camps d'extermination nazis. Plus de six millions de Juifs ont été tués dans les camps, dont plus d'un million à Auschwitz seulement. Ils étaient gazés et affamés; leurs corps ont été brûlés.

Edith Grosman était l'une des survivantes. Arrivée à Auschwitz à l'adolescence et devant subir près de trois ans de torture, elle a été libérée en janvier 1945.

Aujourd'hui âgée de 95 ans et vivant à Toronto, Grosman dit qu'elle croit avoir survécu pour aider à raconter ce qui s'est passé à l'intérieur des murs du camp.

"Nous sommes venus d'Auschwitz en tant que messagers, parce que [Dieu] avait besoin de messagers – parce que si personne ne revenait, Auschwitz serait oublié", a-t-elle déclaré dans une interview à CTV News Toronto.

Mais le passage du temps a rattrapé bon nombre de ces messagers. On estime que seulement 400 000 des 3,5 millions de Juifs qui étaient en Europe à la fin de la guerre sont encore en vie aujourd'hui.

Le vieillissement et la mort de tant de survivants peuvent aider à expliquer pourquoi la prise de conscience de l'Holocauste semble décliner. Un sondage de 2019 a révélé que 49% des Canadiens ne pouvaient pas nommer un camp de concentration ou un ghetto, tandis que 22% des répondants de la génération Y ne savaient pas du tout s'ils avaient entendu parler de l'Holocauste. Un sondage plus récent a révélé que 35% des Canadiens ont déclaré ne pas avoir entendu parler de l'Holocauste à l'école, avec des niveaux encore plus faibles de sensibilisation à l'Holocauste détectés au Québec.

Ce phénomène n'est pas unique au Canada. Des statistiques similaires ont été rapportées aux États-Unis et ailleurs.

Un expert canadien affirme qu'il existe une façon éprouvée de détailler les horreurs de l'Holocauste d'une manière qui résonne avec les jeunes générations: en les reliant aux vestiges physiques du génocide.

"Lorsque les gens sont confrontés à des histoires, à des artefacts, lorsqu'ils en ont l'occasion, la plupart des gens peuvent s'y intéresser", a déclaré Robert Jan van Pelt à CTVNews.ca le 23 janvier lors d'une entrevue téléphonique.

Cela signifie des conversations en face à face et des interactions physiques avec les monuments, a déclaré van Pelt – pas simplement en dirigeant quelqu'un vers un site Web pour plus d'informations sur les camps de la mort nazis.

"Mon sentiment est que vous devez, d'une manière ou d'une autre, apporter l'histoire aux gens au lieu de pointer les gens vers une sorte d'URL", a-t-il déclaré.

En plus d'être professeur d'architecture à l'Université de Waterloo, van Pelt est un expert de l'Holocauste qui a dirigé l'équipe qui a élaboré le plan directeur pour préserver le camp de concentration d'Auschwitz. Sa croyance dans le pouvoir éducatif des souvenirs physiques de l'Holocauste l'a amené à "Auschwitz. Il n'y a pas longtemps. Pas loin." exposition actuellement exposée au Museum of Jewish Heritage de New York.

Mais pour lui, l'expérience éducative la plus puissante de toutes est de faire le voyage en Europe pour voir Auschwitz ou l'un des autres camps de la mort de première main. Il a fait ces voyages avec des étudiants du secondaire et de l'université et a constaté que, maintes et maintes fois, ils repartaient avec une nouvelle appréciation des horreurs de l'Holocauste – indépendamment de ce qu'ils en savaient à l'avance ou de leurs antécédents.

"Peu importait qu'ils soient musulmans ou juifs ou chrétiens ou athées, une fois sur ces sites", a-t-il expliqué.

Le monde semble d'accord. Le Mémorial d'Auschwitz a fait état d'un une charge record de 2,32 millions de visiteurs en 2019, dirigé par 396000 de son pays hôte, la Pologne. Il y a eu 120000 visites des États-Unis et 24400 du Canada – bien que les chiffres pour chaque pays individuel soient probablement sous-déclarés, car près d'un tiers des visiteurs n'ont pas identifié leur lieu de résidence.

Les pays européens dominent la liste des visiteurs les plus fréquents du musée, ce qui peut ne pas surprendre étant donné leur proximité avec la Pologne. Les voyages y sont beaucoup plus chers pour les Canadiens que pour les Européens – et cela présente une doublure en argent pour l'éducation sur l'Holocauste, car les Canadiens qui font le trek sont plus susceptibles de rester plusieurs jours et d'en apprendre plus sur l'histoire, contrairement aux Européens le jour voyages.

"[Les Canadiens] passeront une semaine ou passeront 10 jours à regarder ces sites et ces artefacts. Ils seront plongés dans l'histoire", a-t-il dit.

L'histoire du Canada avec l'Holocauste est également mouvementée. En 1939, le Canada a suivi Cuba et les États-Unis en refusant l'entrée à M.S. St. Louis, un navire transportant 937 réfugiés juifs d'Allemagne. Plusieurs pays européens ont accepté d'accueillir les passagers, mais nombre d'entre eux ont ensuite été arrêtés par les nazis et tués lors de l'Holocauste. le propre site Web du gouvernement fédéral note que «les politiques d'immigration restrictives du Canada à l'époque ont en grande partie fermé la porte aux Juifs cherchant à fuir l'Europe».

Les attitudes ont changé après la Seconde Guerre mondiale lorsque l'Occident s'est réveillé en réalisant qu'un génocide s'était produit. Environ 40 000 survivants de l'Holocauste ont fini par refaire leur vie au Canada.

Le gouvernement fédéral a tardivement reconnu les victimes de l'Holocauste en 2017 avec la création du Mémorial national de l'Holocauste à Ottawa, la plaque de dédicace sur laquelle a été réécrite plus tard parce qu'elle ne faisait à l'origine aucune mention du peuple juif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

    le gouvernement doit annoncer des mesures, selon Mme Buzyn

    les cas augmentent, 29 personnes mortes en janvier