Le Botswana lance une vente aux enchères de permis de chasse aux éléphants

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Vendredi, le Botswana, qui abrite la plus grande population d'éléphants du monde, devait organiser sa première grande vente aux enchères de quotas de chasse aux éléphants trophées depuis la suppression de l'interdiction de chasser l'année dernière.

La vente sera réalisée par une entreprise locale Auction It dans les locaux du ministère de l'Environnement, de la Conservation de la Nature et du Tourisme dans la capitale Gaborone.

Le président Mokgweetsi Masisi a soulevé la colère des écologistes en mai lorsqu'il a révoqué un moratoire, juste un an après avoir succédé à Ian Khama, un écologiste passionné, qui a introduit une interdiction générale en 2014 pour inverser le déclin de la population d'animaux sauvages.

Masisi a repoussé les critiques de la décision de son gouvernement, affirmant que cette décision ne menacerait pas la population d'éléphants.

Le gouvernement délivre sept "forfaits" de chasse de 10 éléphants chacun, confinés dans des "zones de chasse contrôlées", a déclaré jeudi à l'AFP une porte-parole de la faune, Alice Mmolawa.

Dans un message texte, elle a déclaré que la chasse aiderait les zones les plus touchées par le "conflit de la faune humaine", une référence aux éléphants errant des parcs à gibier dans les communautés.

La saison de chasse 2020 devrait s'ouvrir en avril.

Les enchères sont ouvertes aux "entreprises qui appartiennent soit à des citoyens du Botswana, soit sont enregistrées au Botswana", a-t-elle ajouté.

Les soumissionnaires doivent effectuer un dépôt remboursable de 200 000 pula (18 300 $ US) pour participer.

Selon un avis d'enchère, les soumissionnaires doivent avoir "une expérience appropriée démontrable de chasse à l'éléphant" et ne pas avoir été condamné auparavant pour des infractions liées à la faune.

La chasse aux éléphants à collier sera interdite.

Toutes les expéditions de chasse à l'éléphant seront obligées d'être accompagnées d'un guide et d'un professionnel, à tout moment, selon l'avis d'enchère.

La décision de Masisi de lever l'interdiction de chasser l'année dernière a été très appréciée par les communautés locales, mais ridiculisée par les écologistes et a déclenché des tensions entre Khama et Masisi.

Surpopulation

Il a défendu sa décision de mettre fin à l'interdiction de la chasse en disant que le Botswana a une surpopulation d'éléphants et s'est engagé à réglementer cette pratique.

Son prédécesseur Khama était amer.

"Je suis contre la chasse car elle représente une mentalité (de) ceux qui la soutiennent, d'exploiter la nature pour son propre intérêt qui a provoqué l'extinction de nombreuses espèces dans le monde", a-t-il déclaré à l'AFP lors d'un entretien téléphonique.

Il a déclaré qu'autoriser la chasse commerciale pourrait "démotiver ceux qui sont engagés dans la lutte contre le braconnage, à qui on dit de sauver les éléphants des braconniers, mais le régime braconne le même éléphant et l'appelle la chasse".

Audrey Delsink, directrice de la faune en Afrique pour l'organisation caritative du lobby mondial pour la conservation, Humane Society International, a déclaré que "les ventes aux enchères d'éléphants botswanais sont profondément préoccupantes et discutables".

"La chasse n'est pas un outil efficace d'atténuation à long terme des éléphants humains ou une méthode de contrôle de la population", a-t-elle déclaré depuis l'Afrique du Sud voisine.

Neil Fitt, qui dirige la Kalahari Conservation Society au Botswana, a déclaré que la chasse était une nouvelle source de revenus pour le pays, mais a averti qu'elle devait être pratiquée "éthiquement et correctement".

Avec des parcs non clôturés et de grands espaces, le Botswana a la plus grande population d'éléphants du monde avec plus de 135 000 animaux – environ un tiers du total du continent africain.

La plupart des animaux se trouvent dans le parc national de Chobe, un attrait touristique important.

Mais les éléphants envahissent les villages situés à proximité des réserves fauniques, renversant les clôtures, détruisant les récoltes et parfois tuant des gens.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available