Le président du Mexique serre la main de la mère du seigneur de la drogue

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

MEXIQUE –
Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador dit que cela lui fait mal de ne pas pouvoir embrasser ses supporters lors de ses tournées en raison des risques du coronavirus, mais il a fait une exception remarquable lors d'un week-end, serrant la main à la mère âgée de la cheville ouvrière de la drogue emprisonnée Joaquin «El Chapo» Guzman.

Lopez Obrador visitait dimanche un projet d'autoroute dans l'État occidental de Sinaloa sur une route qui passe par la ville de Badiraguato où habite Maria Consuelo Loera Perez.

Lopez Obrador a déclaré lundi qu'on lui avait dit qu'elle était venue à l'événement et qu'elle voulait le saluer. Après l'événement, il s'est rendu à la portière côté passager de son véhicule et elle a tendu la main par la fenêtre.

Interrogée sur la possibilité de lui serrer la main au moment où le gouvernement exhorte les citoyens à pratiquer l'éloignement social, Lopez Obrador a déclaré qu'il aurait été irrespectueux de ne pas le faire. "C'est très difficile humainement", a-t-il déclaré. "Je ne suis pas un robot."

Il a dit qu'elle avait posé des questions sur une lettre qu'elle lui avait envoyée en mars demandant au gouvernement d'intervenir dans sa demande d'être autorisée à se rendre aux États-Unis et à rendre visite à son fils en prison. Lopez Obrador a dit qu'elle lui avait dit qu'elle ne voulait pas mourir sans le voir. Il a dit qu'elle avait 92 ans.

"Le fléau mortel est la corruption, pas une personne âgée qui mérite mon respect indépendamment de l'identité de son fils", a-t-il déclaré.

Plus tard lundi, le bureau du président a publié une lettre de Loera Perez datée du 20 mars. Elle y indiquait que ses avocats avaient été en contact avec les agences gouvernementales appropriées, indiquant clairement que Guzman avait été extradé illégalement aux États-Unis et devrait être ramené pour servir. sa peine dans une prison mexicaine.

«Rien ne me rendrait, moi et ma famille, plus heureux que de le voir à sa place dans une prison mexicaine», a-t-elle écrit. Guzman s'est échappé à deux reprises des prisons mexicaines.

Guzman a été condamné à la prison à vie par les États-Unis en juillet. Lopez Obrador a déclaré que le gouvernement relaierait sa pétition comme il le ferait pour tout autre citoyen.

La réunion semblait également s'aligner sur la tentative de Lopez Obrador d'attaquer les problèmes de criminalité du Mexique par le biais de programmes de civilité et d'emploi plutôt que par des confrontations généralisées avec les forces de sécurité. Alors qu'il martèle à plusieurs reprises les criminels en col blanc comme le cœur de la corruption qu'il veut éradiquer, il a refusé de condamner les cartels de la drogue.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus