Twitter supprime deux tweets de Bolsonaro interrogeant la quarantaine de virus

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

SÃO PAULO, BRÉSIL —
Deux tweets du président brésilien Jair Bolsonaro dans lesquels il a remis en cause les mesures de quarantaine visant à contenir le nouveau coronavirus ont été supprimés dimanche, au motif qu'ils violaient les règles du réseau social.

Le leader d'extrême droite avait publié plusieurs vidéos dans lesquelles il bafouait les lignes directrices de son gouvernement en matière de distanciation sociale en se mélangeant avec des sympathisants dans les rues de Brasilia et en les exhortant à maintenir l'économie.

Deux des postes ont été supprimés et remplacés par un avis expliquant pourquoi ils avaient été supprimés.

Twitter a expliqué dans un communiqué qu'il avait récemment élargi ses règles mondiales sur la gestion du contenu qui contredisait les informations de santé publique provenant de sources officielles et pouvait exposer les gens à un risque accru de transmission de COVID-19.

Dans l'une des vidéos supprimées, Bolsonaro dit à un vendeur de rue: "Ce que j'ai entendu des gens, c'est qu'ils veulent travailler."

"Ce que j'ai dit depuis le début, c'est que" nous allons faire attention, les plus de 65 ans restent à la maison ", a-t-il déclaré.

"Nous ne pouvons tout simplement pas rester immobiles, il y a de la peur parce que si vous ne mourrez pas de la maladie, vous mourrez de faim", dit le vendeur en disant à Bolsonaro, qui répond: "Tu ne vas pas mourir!"

Dans une autre vidéo, le président appelle à un "retour à la normalité", remettant en question les mesures de quarantaine imposées par les gouverneurs et certains maires à travers le pays géant d'Amérique du Sud comme une mesure de confinement efficace contre le virus.

"Si cela continue comme ça, avec le taux de chômage, ce que nous aurons plus tard sera un problème très grave qui prendra des années à résoudre", a-t-il dit à propos des mesures d'isolement.

"Le Brésil ne peut pas s'arrêter ou nous deviendrons le Venezuela", a déclaré plus tard Bolsonaro aux journalistes devant sa résidence officielle.

Samedi, le ministre de la Santé Luiz Henrique Mandetta a souligné l'importance du confinement comme moyen de lutte contre le coronavirus, qui a déjà infecté 3 904 personnes au Brésil, faisant 114 morts, selon les derniers chiffres officiels.

"Certaines personnes veulent que je me taise, que je suive les protocoles", a expliqué Bolsonaro. "Combien de fois le médecin ne suit-il pas le protocole?"

"Faisons face au virus avec la réalité. C'est la vie, nous devons tous mourir un jour."

Dans les quatre vidéos publiées sur son compte Twitter, Bolsonaro est vu entouré de petites foules alors qu'il se promenait dans la capitale.

Bolsonaro a décrit le coronavirus comme "une grippe" et a préconisé la réouverture des écoles et des magasins, l'auto-isolement nécessaire uniquement pour les plus de 60 ans.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available