ONU: 19 millions d'enfants parmi 46 millions de déplacés en 2019

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

TANZANIE, TANZANIE –
L'agence des Nations Unies pour l'enfance a déclaré mardi que 46 millions de personnes – dont 19 millions d'enfants – avaient fui la violence et les conflits l'année dernière mais étaient restées dans leur pays d'origine, et que des millions d'autres avaient été déplacées par des catastrophes.

Un rapport de l'UNICEF indique qu'il y a eu une forte augmentation du nombre de personnes déplacées à l'intérieur du pays, ou PDI, en raison des conflits et de la violence, de 25 millions il y a dix ans à plus de 40 millions au cours des cinq dernières années. Et l'année dernière, plus de 40% des personnes déplacées avaient moins de 18 ans, a-t-il précisé.

"Des millions d'enfants déplacés dans le monde vivent déjà sans soins et protection appropriés", a déclaré la Directrice générale de l'UNICEF, Henrietta Fore, dans un communiqué. "Lorsque de nouvelles crises émergent, comme la pandémie de COVID-19, ces enfants sont particulièrement vulnérables."

Selon le rapport, près de 33 millions de nouveaux déplacements ont été enregistrés en 2019 – environ 25 millions en raison de catastrophes naturelles et 8,5 millions en raison de conflits et de violences. Cela comprenait 12 millions d'enfants – 3,8 millions déplacés par les conflits et la violence, et 8,2 millions par des catastrophes liées principalement à des événements météorologiques tels que les inondations et les tempêtes, a-t-il déclaré.

L'UNICEF a déclaré que la pandémie de coronavirus aggrave encore la situation des enfants et des familles déplacés cette année.

Le rapport, «  Lost at Home '', dit que les enfants déplacés n'ont pas accès aux services de base et risquent d'être exposés à la violence, à l'exploitation, aux abus, à la traite, au travail des enfants, au mariage des enfants et à la séparation de la famille. Il appelle à des investissements stratégiques et à un effort commun des gouvernements, de la société civile, du secteur privé, des groupes humanitaires et des enfants eux-mêmes pour s'attaquer à ces problèmes.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus