Le président du Guatemala s’émeut des expulsés infectés des États-Unis

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

GUATEMALA CITY –
Le président du Guatemala a remis en question les relations de son pays avec les États-Unis, révélant sa frustration à l’idée que les États-Unis continuent d’envoyer des déportés infectés par COVID-19 dans un pays qui lutte pour gérer la crise.

« Ce n’est pas vrai pour les alliés des États-Unis », a déclaré jeudi le président Alejandro Giammattei. « Le Guatemala est un allié des États-Unis, mais les États-Unis ne sont pas l’allié du Guatemala. Ils ne nous traitent pas comme un allié. »

Giammattei est le premier des dirigeants de la région à s’élever contre la politique américaine qui a renvoyé des milliers de déportés dans leur pays depuis le début de la pandémie.

Le Guatemala a confirmé l’arrivée de 119 expulsés des États-Unis avec COVID-19. Le pays a suspendu les vols d’expulsion à plusieurs reprises après la détection de passagers infectés, mais les a repris après les assurances des autorités américaines.

Le dernier vol avec des déportés testés positifs au Guatemala est arrivé le 13 mai d’Alexandrie, en Louisiane. Les responsables ont déclaré que 16 d’entre eux étaient positifs.

Un porte-parole américain de l’immigration et des douanes a confirmé cette semaine que les 65 migrants à bord de ce vol avaient été testés avant le départ. Quinze autres Guatémaltèques programmés pour ce vol ont été testés positifs et ont été renvoyés dans des centres de détention où ils ont été isolés des autres détenus.

Le Guatemala a identifié des cas de vols antérieurs où il semblait que certains avaient été testés et certifiés négatifs une semaine avant leur départ.

Giammattei a déclaré que les déportés infectés créaient de « graves problèmes » dans le système de santé déjà surchargé de son pays.

« Les États-Unis ont aidé d’autres pays, y compris avec des ventilateurs et pour nous, rien n’est venu, pas même du maïs haché », a-t-il déclaré lors d’une apparition en ligne avec le Centre latino-américain Adrienne Arsht du Conseil de l’Atlantique. « Nous ne sommes pas très reconnaissants de la façon dont nous avons été traités. »

Giammattei semble faire référence à une aide médicale envoyée au Mexique, au Salvador et au Honduras, tous les gouvernements recevant des déportés sans plainte. Le mois dernier, Giammattei était notamment absent d’une liste d’appels téléphoniques que le président américain Donald Trump a faits aux présidents d’El Salvador et du Honduras pour leur offrir aide et encouragement.

« Nous comprenons que les États-Unis veulent expulser des gens, mais ce que nous ne comprenons pas, c’est qu’ils envoient les vols tous contaminés », at-il dit.

Le Guatemala n’a pas encore accepté de vol cette semaine.

L’analyste politique Renzo Rosal a déclaré que la question augmentait les tensions entre les deux pays « parce que les États-Unis ont continué sans vergogne à envoyer des migrants infectés et ne se sont pas conformés à ce qu’ils proposaient ».

L’écrivain AP Ben Fox à Washington a contribué à ce rapport.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus