Malgré l’appel à la trêve mondiale, 661 000 personnes nouvellement déplacées

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

AMMAN, JORDANIE —
Un groupe d’aide internationale a déclaré vendredi qu’environ 661 000 personnes dans 19 pays avaient été déplacées par un conflit armé au cours des deux mois qui se sont écoulés depuis que le secrétaire général de l’ONU a appelé à un cessez-le-feu mondial pour aider à lutter contre la pandémie de coronavirus.

Le déplacement à grande échelle en cours nuit aux efforts visant à endiguer l’épidémie et constitue un « verdict accablant » pour la diplomatie internationale, a déclaré Jan Egeland, chef du Conseil norvégien pour les réfugiés qui a dénombré les nouveaux déplacés.

Le Conseil de sécurité de l’ONU « n’a en aucun cas soutenu l’appel du secrétaire général à un cessez-le-feu mondial contre les coronavirus », a déclaré Egeland à l’Associated Press, accusant ce qu’il a dit de se chamailler entre les membres du conseil.

La voie à suivre est que les États membres de l’ONU et le Conseil de sécurité exercent une pression accrue sur les groupes armés, notamment en refusant leur soutien et leurs armes.

« Dans les 19 pays où nous avons documenté des actes de violence déplaçant des personnes, il existe des acteurs armés qui peuvent être influencés », a-t-il déclaré. « Ils ne fonctionnent pas en vase clos. »

Les groupes armés doivent également être informés que les déplacements en cours augmentent leur risque d’exposition au coronavirus, a-t-il déclaré.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé à un appel mondial au cessez-le-feu le 23 mars et a renouvelé son appel jeudi, affirmant que la pandémie est « le plus grand test auquel le monde ait été confronté » depuis la création de l’ONU il y a 75 ans.

La majeure partie des nouveaux déplacements depuis le premier appel de Guterres a été signalée en République démocratique du Congo où des groupes armés se sont affrontés avec l’armée, a indiqué le NRC. Depuis le 23 mars, quelque 480 000 personnes ont été déracinées de leurs foyers dans la nation africaine.

Même dans des pays comme le Yémen, où les belligérants ont exprimé leur soutien à un cessez-le-feu, les combats n’ont pas cessé. Au Yémen, quelque 24 000 personnes ont été déplacées entre le 23 mars et le 15 mai, selon le rapport.

Au total, 148 000 personnes ont été déplacées au Yémen, au Tchad, au Niger, en Afghanistan, en République centrafricaine, en Syrie, en Somalie et au Myanmar au cours de cette période.

Egeland a déclaré que la pandémie a mis à nu les inégalités flagrantes entre les pays fragiles et développés en ce qui concerne l’accès aux tests, aux soins de santé et aux espaces sûrs.

« Si nous continuons avec cette énorme injustice, la pandémie aura des bastions dans le sud (mondial), par exemple, parmi les migrants et les personnes déplacées qui sont infectées maintenant alors que le virus se propage du nord au sud », a-t-il déclaré.

« Cela viendra à nouveau nous hanter parce que le virus reviendra ensuite par vagues car il survivra dans ces endroits qui ne bénéficient pas actuellement de suffisamment de solidarité ».

Dans un rapport séparé, Human Rights Watch a averti vendredi que 4 millions de personnes déplacées au Yémen pendant cinq ans de guerre civile sont parmi les plus vulnérables au monde au virus.

Le groupe basé à New York a déclaré qu’une récente recrudescence des combats dans la province centrale du Yémen, à Marib, entre les rebelles houthis et les forces gouvernementales soutenues par une coalition dirigée par l’Arabie saoudite, mettait encore plus en danger les personnes entassées dans des camps de déplacés insalubres.

« Les personnes déplacées de Marib sont désormais confrontées à la double menace de la reprise des combats et de la propagation incontrôlée d’un virus dangereux », a déclaré Afrah Nasser, chercheur au HRW au Yémen.

Le groupe a également cité des avertissements de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés selon lesquels des déficits de financement mettaient 1 million de personnes déplacées au Yémen, affaiblies par la faim et exposées à la maladie, au risque de perdre un abri et une aide en espèces essentielle pour la nourriture et les médicaments.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus