Monde

Une femme qui a gardé le cadavre de son mari dans un congélateur poursuit pour restitution de son corps

LIBERTY, MO. –
Une femme qui a gardé le corps de son mari dans un congélateur dans sa chambre dans leur maison du sud-ouest du Missouri poursuit pour le retour de sa dépouille.

Barbara Watters, 67 ans, de Joplin, a été accusée en novembre d’avoir abandonné un cadavre après que la police a trouvé le corps de Paul Barton dans le congélateur.

Un juge a rejeté l’accusation en janvier, jugeant que les actions de Watters ne répondaient pas à la définition légale de l’abandon d’un cadavre.

Les autorités ont déclaré que la dernière fois que quelqu’un a vu Barton vivant était en 2018 et que son corps était peut-être dans le congélateur pendant la majeure partie de 2019, mais le procès indique que Barton est décédé en septembre 2019, deux mois avant la découverte de son corps.

Le 5 mai, Watters a poursuivi la police de Joplin, la ville et le coroner du comté de Jasper pour demander le retour du corps de son mari et des objets que la police avait saisis chez elle. Le procès a été transféré à la cour fédérale cette semaine.

Watters allègue que le coroner du comté de Jasper, Rob Chappel, a ignoré plusieurs demandes de restitution du corps de son mari même après le rejet des charges et n’a pas fourni de certificat de décès. Il dit que Watters croit qu’elle risque de perdre son corps s’il n’est pas rendu rapidement.

Watters a déclaré à l’Associated Press en novembre qu’elle craignait que les médecins veuillent prendre le cerveau de son mari pour la recherche. Watters a déclaré à la police que son mari souffrait de la maladie de Lou Gehrig et qu’ils craignaient tous les deux que les médecins souhaitent prélever ses organes, selon des documents judiciaires.

Le procès soutient également que la ville et la police ont violé les droits de Watters en gardant les documents et autres objets saisis en dehors du champ d’application du mandat de perquisition, y compris la licence de mariage du couple et un document lui donnant le droit de déterminer ce qui arrive au corps de son mari.

Vendredi, Chappel a confirmé au Joplin Globe que le corps de Barton était toujours conservé dans son bureau. Il a déclaré que le conseil juridique lui avait conseillé de ne pas expliquer pourquoi le corps n’a pas été libéré ou pourquoi aucun certificat de décès n’a été délivré.

La ville de Joplin n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

En plus de la restitution des biens et du corps de son mari, Watters demande des dommages-intérêts punitifs pour détresse émotionnelle et le paiement de ses honoraires d’avocat.

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.