Iran : Rohani cherche toujours à masquer l’étendue catastrophe du covid 19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Alors que même le ministère de la Santé du régime affirme qu’il n’y a pas de provinces exemptes de virus et que la plupart des centres provinciaux sont au rouge, aujourd’hui, Rohani, s’adressant au centre national de lutte contre le coronavirus (CNLC), a annoncé : « à partir du 31 mai, tous les employés de bureau devront retourner au travail et la restriction précédente sera levée. Les lieux saints et les lieux de culte (…) seront ouverts dès le lendemain de l’Aïd al-Fitr en respectant les instructions du ministère de la Santé ».

Irrité par les révélations sur la vérité de la tragédie du coronavirus en Iran, Rohani a déclaré : « certains essaient d’effrayer les gens dans le pays sur la maladie du coronavirus, nous n’allons pas le tolérer. »

Mais le ministre de la Santé du régime, s’adressant au quotidien public Hamshahri, a expliqué aujourd’hui : « nous assistons à une nouvelle vague dans les provinces chaudes ».

Ainsi, selon le ministère de la Santé, le nombre réel de personnes infectées est « beaucoup plus élevé » que 850 000, mais il n’a pas atteint 8,5 millions et se situe quelque part entre ces deux chiffres. Entre-temps, aujourd’hui, le même porte-parole a annoncé que le nombre de contaminés était de 133.521. En d’autres termes, les statistiques truquées publiées sont 6,5 à 65 fois inférieures aux chiffres réels. Le régime est très secret et veut garder tout le monde dans la confusion.

Les médias officiels s’inquiètent de la demande de changement de la population. L’un d’entre eux, le quotidien Arman, a écrit aujourd’hui : « nous aurons très certainement à endurer des changements sociaux, politiques et économiques pendant cette phase et après la fin de la dangereuse épidémie de coronavirus (…) nos chances sont minimes. »

La population de Ghizanieh d’Ahwaz bloque la route Ahwaz-Ramhormoz pour protester contre la pénurie d’eau

Par ailleurs, Samedi matin le 23 mai, les gens et les jeunes de Ghizanieh d’Ahwaz ont fermé la route Ahwaz-Mahshahr pour protester contre la coupure de l’eau potable. Les forces de sécurité ont immédiatement été envoyées sur place et se sont mises à tabasser les gens. Elles ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser la foule, mais comme cela n’a eu aucun effet, elles ont ouvert le feu, blessant des manifestants, dont un enfant, et ont procédé à des arrestations.

Le secteur de Ghizanieh est situé à 45 km d’Ahwaz, et regroupe plus de 80 villages et plus de 300 puits de pétrole. Mais cela fait des années que les habitants souffrent de pénurie d’eau et leurs protestations répétées n’ont pas été prises en compte.

Un député : le régime a versé $20 à $30 milliards à la Syrie

Hechmatollah Falahat-Picheh, membre de la commission de la Sécurité nationale et des Affaires étrangères du Majlis (parlement) et ancien président de cette commission, a déclaré dans un aveu sans précédent que le régime criminel des mollahs avait versé à la Syrie jusqu’à 30 milliards de dollars.

Dans une interview au site officiel Etemad Online, publiée le 20 mai 2020, il a déclaré : « Quand je suis allé en Syrie, certains m’ont dit que j’avais dépensé de l’argent ! Mais je le répète, nous avons peut-être donné à la Syrie de 20 à 30 milliards de dollars, et il faut les reprendre. » Falahat-Pisheh s’est rendu en Syrie en décembre 2018, alors qu’il était à la tête de la Commission de la sécurité nationale et des Affaires étrangères, et y a rencontré Bachar al-Assad.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus