Mort de George Floyd: Les manifestants dans certaines villes ciblent les monuments confédérés

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les manifestants manifestant contre la mort de George Floyd, un homme noir qui a demandé de l’air alors qu’un policier blanc lui pressait le genou contre le cou, ont visé des monuments confédérés dans plusieurs villes.

Alors que les manifestations tendues se multipliaient à travers le pays du samedi au dimanche matin, les monuments de Virginie, des Carolines, du Tennessee et du Mississippi ont été détruits. La présence de monuments confédérés dans le Sud – et ailleurs aux États-Unis – est contestée depuis des années, et certains des monuments visés étaient déjà à l’étude en vue de leur suppression.

Les mots “génocide spirituel” dans une peinture en aérosol noire, ainsi que des empreintes de mains rouges, ont taché les côtés d’un monument confédéré sur le campus de l’Université du Mississippi samedi, a rapporté l’Oxford Eagle. Une personne a été arrêtée sur les lieux.

Les administrateurs d’Ole Miss, les leaders étudiants et les professeurs ont recommandé de déplacer la statue – installée en 1906 et un point de ralliement en 1962 pour les personnes qui se sont émeutes pour s’opposer à l’intégration ordonnée par le tribunal de l’université – d’un endroit central à un cimetière de la guerre civile qui est en un endroit plus isolé sur le campus, mais le State College Board a retardé l’action.

Les critiques ont déclaré que son affichage près du bâtiment administratif principal de l’université envoie un signal que Ole Miss glorifie la Confédération et éclaire l’histoire de l’esclavage dans le Sud.

À Charleston, en Caroline du Sud, les manifestants ont abîmé une statue confédérée près de The Battery, un quartier historique à l’extrémité sud de la ville côtière. La base de la statue des défenseurs des Confédérés, érigée en 1932, a été peinte à la bombe, y compris avec les mots “BLM” et “traîtres”, ont rapporté les médias. Il a ensuite été recouvert de bâche, montrent des photos.

En Caroline du Nord, la base d’un monument confédéré dans la capitale de l’État était marquée d’un X noir et d’un raccourci pour une phrase exprimant un mépris pour la police, selon une photo publiée par un journaliste de News & Observer sur les réseaux sociaux. Le mot “raciste” était également inscrit sur le monument, a rapporté le journal.

La question des monuments confédérés a été particulièrement controversée en Caroline du Nord, où ces monuments sont généralement protégés par la loi.

Une bataille de près de deux ans a été menée sur le sort de la statue de “Silent Sam” après qu’elle a été renversée par des manifestants sur le campus phare de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill en 2018. Un accord juridique conclu en novembre dernier a remis la statue à un groupe. des descendants confédérés, en le gardant hors du campus. Une statue confédérée à l’extérieur d’un palais de justice de Durham a également été démolie par des manifestants.

Le gouverneur démocrate Roy Cooper avait demandé que les trois monuments confédérés sur le terrain du Capitole soient déplacés vers un champ de bataille voisin; un panel historique de l’État a voté en 2018 pour conserver les statues, mais ajouter du contexte sur l’esclavage et les droits civils. Les statues de Winston-Salem et du comté de Chatham ont été enlevées l’an dernier en de rares mouvements.

Mais l’État où le débat sur les monuments confédérés a peut-être le plus retenu l’attention est la Virginie, où un rassemblement nationaliste blanc de 2017 sur le retrait proposé par Charlottesville de ces monuments s’est avéré mortel.

Dans la ville côtière de Norfolk, des manifestants ont escaladé un monument confédéré et des graffitis peints à la bombe sur sa base, selon des photos publiées par un journaliste de Virginian-Pilot. Norfolk fait partie des villes de Virginie qui ont signalé leur intention de retirer leurs monuments confédérés. En février, les législateurs des États ont approuvé une législation qui donnerait aux villes une autonomie à cet effet.

Une commission à Richmond, la capitale de l’État et ce qui était la capitale de la Confédération, a recommandé de retirer l’une des cinq statues confédérées le long de la célèbre Monument Avenue de la ville. Des photos publiées sur les réseaux sociaux tard samedi et début dimanche ont montré les bases d’au moins deux statues – celles des généraux confédérés Robert E. Lee et J.E.B. Stuart – presque entièrement recouvert de graffitis. Une statue du président confédéré Jefferson Davis avait “des flics nous ont écrasés”, peints à la bombe sur la base. Un nœud coulant avait été jeté sur l’épaule de Davis.

A lire aussi: Beyoncé dénonce la mort de George Floyd à Minneapolis

Un incendie a brûlé pendant un certain temps au siège des United Daughters of the Confederacy, un groupe chargé d’ériger de nombreuses statues confédérées et de lutter contre leur élimination. Le bâtiment était également recouvert de graffitis, a rapporté le Richmond Times-Dispatch.

Samedi, à Chattanooga, dans le Tennessee, des manifestants ont peint à la bombe une statue du lieutenant-général confédéré Alexander P. Stewart, a rapporté le Chattanooga Times Free Press.

À Nashville, au Tennessee, et à Philadelphie, des statues de personnes critiquées pour des opinions racistes, mais sans liens confédérés, ont également été ciblées.

Les manifestants de Nashville ont renversé samedi une statue d’Edward Carmack, un législateur de l’État au début des années 1900 et un éditeur de journaux qui avait des opinions racistes et a écrit des éditoriaux fustigeant les écrits de l’éminente journaliste des droits civils du Tennessee Ida B. Wells, a rapporté The Tennessean.

Les manifestants ont pulvérisé des graffitis sur une statue de l’ancien maire de Philadelphie, Frank Rizzo, ont tenté de le renverser et ont mis le feu à sa base. Rizzo, maire de 1972 à 1980, a été salué par ses partisans comme sévère contre le crime mais accusé par les critiques de discriminer les personnes de couleur. Sa statue de bronze de 10 pieds de haut (3 mètres de haut) en face de l’hôtel de ville a déjà été effacée et doit être déplacée l’année prochaine.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus