Ashleigh Barty reste prudente sur sa participation à l’US Open

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La N.1 mondiale Ashleigh Barty a laissé planer le doute vendredi sur sa participation à l’US Open et aux tournois américains cet été, toujours inquiète des conséquences de la pandémie de coronavirus sur le tennis.

« C’est excitant de reparler à nouveau de tennis, (de voir) que les choses avancent dans la bonne direction pour reprendre la compétition », a affirmé l’Australienne au Sydney Morning Herald.

« Mais j’aurais besoin de connaître toutes les informations et recommandations de la WTA et de l’USTA (qui gèrent respectivement le circuit féminin et les tournois américains) avant de prendre une décision », a-t-elle ajouté au sujet de sa participation éventuelle à la tournée américaine, prévue de début août à mi-septembre.

« Il ne s’agit pas seulement de moi, je dois aussi prendre en compte mon équipe », a expliqué la lauréate de Roland-Garros.

Les organisateurs de l’US Open, dont les qualifications sont censées débuter le 24 août à New York, un des épicentres de l’épidémie de coronavirus dans le pays, doivent communiquer d’ici la fin du mois sur sa tenue. Ils pourraient dispenser les joueurs et joueuses de la quarantaine de quatorze jours imposée aux étrangers qui pénètrent sur le territoire américain. Mais l’exemption ne s’appliquerait pas nécessairement à leur encadrement (entraîneur, kiné…).

Les propos de Barty rejoignent ceux du N.2 mondial Rafael Nadal, très prudent jeudi à l’heure d’évoquer la reprise du circuit mondial.

« Le tennis est un sport globalisé, avec des gens qui viennent du monde entier, donc c’est un sport difficile à relancer », a affirmé l’Espagnol.

« Si vous me disiez (de jouer l’US Open) aujourd’hui, je vous dirais non. Dans quelques mois, je ne sais pas. J’espère que oui », a-t-il poursuivi.

A la suite de la pandémie, qui a fait des centaines de milliers de victime dans le monde, dont plus de 100.000 rien qu’aux Etats-Unis, pays le plus touché, les circuits officiels ATP et WTA sont pour l’instant suspendus, au moins jusqu’au 31 juillet.

Parmi les tournois majeurs, l’Open d’Australie a pu se jouer sans encombre en début d’année et Roland-Garros a été décalé du printemps au début de l’automne (20 septembre-4 octobre), une semaine après la fin prévue de l’US Open (31 août-13 septembre).

Mais Wimbledon, la 3e levée du Grand Chelem, a dû être annulée pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus