La police et des agents fédéraux déclenchent de nouveaux affrontements à Portland, tirant des gaz lacrymogènes sur les manifestants

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La police et des agents fédéraux ont tiré des gaz lacrymogènes et dispersé par la force des manifestants dans la ville américaine de Portland tôt samedi, a déclaré un journaliste de l’AFP, lors des dernières manifestations contre le racisme et la brutalité policière.

La ville, la plus grande de l’État de l’Oregon, a connu des manifestations nocturnes pendant près de deux mois, initialement déclenchées par la mort à Minneapolis de l’Afro-américain non armé George Floyd.

C’est également maintenant le théâtre d’une répression très controversée par des agents fédéraux ordonnée par le président américain Donald Trump – une répression qui n’est pas soutenue par les responsables locaux.

L’inspecteur général du ministère américain de la Justice a ouvert jeudi une enquête officielle sur la répression fédérale, considérée comme ayant fait monter les tensions et provoqué des affrontements.

La manifestation de vendredi était principalement pacifique, avec des foules jouant de la musique et dansant, soufflant des bulles de savon et déclenchant des feux d’artifice. Mais cela s’est terminé – comme beaucoup avant lui – par une confrontation entre les manifestants et la police, qui s’est intensifiée dans une brume de gaz lacrymogène et d’appareils flash-bang.

Un groupe de manifestants a formé une ligne avec des parapluies et des boucliers de fortune pour essayer de se protéger, car au moins deux incendies ont brûlé à l’extérieur des clôtures autour d’un palais de justice fédéral.

Des gaz lacrymogènes ont été tirés pour la première fois vers 23h00. À 2 h 30, la police et des agents fédéraux nettoyaient la scène à l’extérieur du palais de justice avec des gaz lacrymogènes, repoussant les manifestants.

Auparavant, les manifestants qui se sont entretenus avec l’AFP se sont plaints de la présence d’agents fédéraux dans la ville et ont exprimé leur soutien au mouvement Black Lives Matter, qui a aidé à conduire des manifestations à travers le pays pendant des semaines après le meurtre de Floyd.

« Je n’aime pas ce qui se passe ici, ce que fait Trump », a déclaré Mike Shikany, un ingénieur aérospatial de 55 ans, ajoutant qu’il ne « voulait pas s’approcher des petits hommes verts », dans une référence aux troupes fédérales.

Le retraité de Portland, Jean Mullen, 74 ans, a déclaré que sans pression, rien ne changerait. « Il est temps de devenir le pays dont nous nous vantons toujours. Et nous ne pouvons plus nous vanter de rien. Nous ne sommes pas les premiers à rien et c’est une chose terrible, terrible à voir à la fin de ma vie », a-t-elle déclaré. .

Trump, qui fait campagne pour sa réélection en novembre sur une plate-forme «loi et ordre», a également annoncé mercredi que les agents fédéraux à Chicago et dans d’autres villes seraient renforcés après une recrudescence de la criminalité et des fusillades.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus