La faim liée au coronavirus tue 10000 enfants par mois, rapporte l’ONU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Alors que l’épidémie de coronavirus et ses restrictions poussent les communautés déjà affamées à bout, la faim liée au COVID-19 entraîne la mort de 10000 enfants supplémentaires par mois au cours de la première année de la pandémie, selon un appel urgent à l’action du Les Nations Unies.

Maintenant que les verrouillages et les routes commerciales internationales perturbent les fournitures d’aide vitales, l’ONU a averti que la pandémie de coronavirus pourrait avoir un «effet intergénérationnel» sur la santé de millions d’enfants. Sur la base du pire scénario rédigé par les experts de l’ONU, près de 180 000 enfants pourraient mourir cette année seulement, alors que la pandémie pourrait amener les jeunes enfants à manquer 50% de leurs services de soins nutritionnels et de traitement.

En outre, plus de 550 000 enfants supplémentaires chaque mois sont frappés par ce que l’on appelle l’émaciation, selon l’ONU – une malnutrition qui se manifeste par des membres grêles et un ventre gonflé. L’émaciation et le retard de croissance peuvent endommager de façon permanente les enfants physiquement et mentalement, transformant des tragédies individuelles en catastrophe générationnelle.

« Les effets de la crise du COVID sur la sécurité alimentaire vont se refléter dans de nombreuses années », a déclaré Francesco Branca, responsable de la nutrition à l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « Il va y avoir un effet sociétal. »

L’émaciation est responsable d’un décès infantile sur 10 dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, et des recherches récentes suggèrent que la pandémie plongera 140 millions de personnes supplémentaires dans l’extrême pauvreté, c’est-à-dire vivant avec moins de 1,90 dollar par jour. Même avant le COVID-19, il y avait environ 47 millions d’enfants de moins de 5 ans qui étaient modérément ou gravement émaciés, la plupart vivant en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est et au Moyen-Orient.

Dans les pays qui connaissent déjà une crise humanitaire, le fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a averti que jusqu’à 100% des services nutritionnels essentiels pourraient être perturbés.

Au Burkina Faso, par exemple, un jeune enfant sur cinq souffre de malnutrition chronique. Les prix des denrées alimentaires ont grimpé en flèche et 12 millions des 20 millions d’habitants du pays n’ont pas assez à manger.

Un rapport de l’ONU publié mercredi dernier a déclaré que le Yémen revenait à des niveaux « alarmants » d’insécurité alimentaire. Les restrictions sur les coronavirus, la réduction des envois de fonds, les criquets, les inondations et le sous-financement important de la réponse humanitaire de cette année ont aggravé une situation de faim déjà terrible après cinq ans de guerre. La résurgence de la violence ces dernières semaines entre les parties belligérantes, malgré les efforts de paix de l’ONU, tue et blesse également des civils. La famine n’a jamais été officiellement déclarée au Yémen. Les avertissements de l’ONU fin 2018 concernant une famine imminente ont entraîné une augmentation de l’aide, après quoi le Programme alimentaire mondial (PAM) a nourri jusqu’à 13 millions par mois.

L’Afghanistan est maintenant dans une zone rouge de faim, la malnutrition infantile sévère passant de 690 000 en janvier à 780 000 – une augmentation de 13%, selon l’UNICEF. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté de plus de 15% et une étude récente de l’Université Johns Hopkins a indiqué que 13 000 Afghans supplémentaires de moins de 5 ans pourraient mourir.

Malgré les pressions économiques et sanitaires croissantes sur le Yémen, la plus grande réponse humanitaire au monde diminue en raison d’un financement insuffisant. Les services de nutrition pour 2,5 millions d’enfants pourraient cesser d’ici la fin août. Le PAM a déjà réduit de moitié l’aide alimentaire en avril pour un mois sur deux dans le nord du Yémen.

Une lettre ouverte d’accompagnement signée par le chef de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que cela pourrait être quelque peu atténué, mais que les agences humanitaires ont besoin d’un minimum de 2,4 milliards de dollars supplémentaires pour protéger les enfants à risque. « Nous devons aller de l’avant avec une action et des investissements soutenus dans la nutrition aujourd’hui et nier la crise du COVID-19 et l’héritage intergénérationnel de la faim et de la malnutrition chez les enfants », a-t-il déclaré.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus