Le verdict se profile dans le meurtre de l’ex-Premier ministre libanais Hariri

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un tribunal soutenu par les Nations Unies rendra son verdict vendredi sur le meurtre en 2005 de l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri, mais des questions resteront au cours d’un procès long et coûteux dont les suspects sont toujours en liberté.

Quatre membres présumés du Hezbollah sont jugés par contumace au tribunal des Pays-Bas pour l’énorme attentat suicide à Beyrouth qui a tué le milliardaire sunnite Hariri et 21 autres personnes.

Le jugement renvoie à un événement qui a changé le visage du Moyen-Orient, l’assassinat de Hariri ayant déclenché une vague de manifestations qui ont poussé les forces syriennes hors du Liban après 30 ans. Hariri était le premier ministre sunnite du Liban jusqu’à sa démission en 2004 en raison du rôle de la Syrie en tant que courtier du pouvoir dans le pays. Les procureurs ont déclaré au cours du procès que Hariri avait été assassiné parce qu’il était perçu comme une « menace grave » pour le contrôle syrien du pays.

Le verdict ne sera pas la fin des travaux du tribunal, car il a ouvert une deuxième affaire l’année dernière accusant le principal suspect Salim Ayyash de terrorisme et de meurtre pour des attaques meurtrières contre des politiciens en 2004 et 2005.

La cour est présentée comme le premier tribunal international au monde mis en place pour enquêter sur les crimes terroristes, et elle a coûté au moins 600 millions de dollars depuis son ouverture en 2009 à la suite d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU). Mais le tribunal fait face à des doutes sur sa crédibilité, le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah refusant de remettre les accusés et l’affaire reposant presque entièrement sur les enregistrements de téléphones portables.

Et tandis que le fils de Hariri, Saad, attendait avec impatience un «jour de vérité et de justice», de nombreux Libanais sont plus préoccupés par la crise économique du pays, la pire depuis la guerre civile de 1975-1990. En raison de la pandémie de coronavirus, le jugement « sera rendu depuis la salle d’audience avec une participation virtuelle partielle » vendredi.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus