La Russie va construire des bases militaires dans 6 pays africains

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La Russie envisage d’intensifier sa coopération militaire avec les pays africains dans le cadre de sa nouvelle stratégie pour l’Afrique, notamment la construction de bases dans six pays, a rapporté mardi le quotidien allemand Bild, citant un rapport secret du ministère allemand des Affaires étrangères.

Le document classifié sur ce qu’il appelle «les nouvelles ambitions de la Russie en Afrique» indique que le président russe Vladimir Poutine a fait de «l’Afrique une priorité absolue».

Un aspect important de l’avancée de la Russie en Afrique est la coopération militaire avec certains des régimes dictatoriaux du continent, a-t-il déclaré.

« Depuis 2015, la Russie a conclu des accords de coopération militaire avec 21 pays d’Afrique », selon le document divulgué.

Auparavant, il n’y avait que quatre traités de coopération militaire sur l’ensemble du continent, a-t-il ajouté.

En outre, a-t-il déclaré, le Kremlin était « contractuellement assuré » qu’il « serait autorisé à construire des bases militaires dans six pays », à savoir la République centrafricaine, l’Égypte, l’Érythrée, Madagascar, le Mozambique et le Soudan.

De plus, l’armée russe entraîne partiellement et secrètement des soldats de ces pays, selon le rapport, qui affirme par exemple que 180 instructeurs de l’armée russe sont actuellement basés en République centrafricaine ou ailleurs en Afrique, ajoutant que: « Une vingtaine des soldats maliens sont entraînés en Russie chaque année.  »

Mais la Russie ne vise pas seulement un déploiement permanent de ses troupes en Afrique, mais elle s’appuie également de plus en plus sur des armées privées ou des groupes mandataires comme le groupe Wagner, tristement célèbre pour son soutien au putschiste général Khalifa Haftar en Libye, selon le rapport.

Les experts du ministère ont qualifié le groupe d ‘«instrument hybride russe pour exercer une influence politique, économique et militaire».

Des mercenaires du Kremlin pourraient également être déployés pour aider à stabiliser les régimes dictatoriaux africains, a-t-il déclaré.

Les capacités des forces armées et des mercenaires russes sont « d’un grand intérêt pour les régimes autocratiques qui pourraient être utilisées contre leur propre peuple », ajoute le rapport.

Pendant ce temps, la Russie est déjà un important fournisseur d’armes sur le continent africain.

Avec une part de marché de 37,6%, la Russie est le premier fournisseur d’armes de l’Afrique, suivie des États-Unis avec 16%, de la France avec 14% et de la Chine avec 9%.

L’Algérie resterait le plus grand destinataire d’armes russes en Afrique, suivie de l’Égypte, du Soudan et de l’Angola.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus