«  Laissez-nous entrer  », plaident les pèlerins juifs en Ukraine

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une foule de plus de 2000 pèlerins juifs frustrés s’est accumulée mercredi sur la frontière fermée entre l’Ukraine et la Biélorussie, entraînant une impasse et des tensions diplomatiques entre les voisins.

Les autorités ukrainiennes ont accusé mercredi leurs homologues biélorusses de donner aux pèlerins de faux espoirs d’entrer malgré les restrictions strictes de voyage liées aux coronavirus.

Des dizaines de milliers de juifs hassidiques se rendent chaque nouvelle année juive dans la ville ukrainienne centrale d’Ouman – qui tombe du 18 au 20 septembre cette année – pour visiter la tombe du rabbin Nahman, le fondateur du mouvement hassidique Breslov.

Les croyants sont partis pour Ouman cette année même si les gouvernements ukrainien et israélien le mois dernier les avaient exhortés à ne pas voyager en raison de la pandémie mondiale de COVID-19.

« Nous appelons les autorités bélarussiennes à cesser de créer une tension supplémentaire à la frontière », a déclaré un communiqué de la présidence ukrainienne.

Kiev a déclaré qu’environ 2 000 pèlerins, principalement d’Israël, s’étaient rassemblés à la frontière après avoir « cru aux rumeurs » selon lesquelles ils seraient autorisés à entrer.

L’Ukraine a interdit aux étrangers d’entrer jusqu’à fin septembre en raison d’un pic d’infections à coronavirus, mais les pèlerins – de pays comme la France, les États-Unis et Israël – ont tenté de contourner les restrictions en passant par la Biélorussie.

Les deux parties ont déclaré qu’elles approvisionneraient les foules massives, bien que les pèlerins se soient plaints d’avoir froid et de faim.

«Laissez-nous entrer!

Le chef du garde-frontière ukrainien, Sergiy Deyneko, s’est adressé aux pèlerins dans une vidéo publiée mercredi par son service disant que personne ne serait autorisé à entrer dans le pays.

« Je respecte vos traditions et coutumes, mais cette année vous ne pourrez pas vous rendre à Uman. Je suis prêt à le répéter, si nécessaire, mille fois », at-il dit.

La vidéo montre des centaines de Juifs hassidiques en costume traditionnel au poste frontière de Novi Yarylovychi en train de prier, de chanter et d’essayer de persuader les gardes-frontières ukrainiens de faire une exception.

« Nous sommes prêts pour toutes les conditions et instructions concernant le coronavirus. Laissez-nous entrer! » lu une pancarte manuscrite portée par l’un des croyants de la vidéo.

Les gardes-frontières ukrainiens portant des boucliers anti-émeute ont regardé, formant un cordon.

Les pèlerins se trouvent actuellement entre les points frontaliers après que le côté biélorusse leur a permis de passer.

« Pour le moment, la situation ne nous permet pas de laisser entrer un nombre supplémentaire de juifs hassidiques en Ukraine », a déclaré le vice-ministre ukrainien des Affaires étrangères Yevgeniy Yenin à la chaîne de télévision Ukraina 24.

Des responsables biélorusses ont déclaré mardi que plus de 100 citoyens israéliens avaient été autorisés à rentrer dans le pays après avoir été refoulés par l’Ukraine à un autre passage à proximité.

Des centaines d’agents des forces de l’ordre ont été déployés du côté ukrainien dans la région du nord de Tchernigiv, a rapporté sur les lieux un correspondant de l’Agence France-Presse (AFP).

Liens tendus

« Il n’y a pas eu de provocations, pas de situations tendues depuis hier », a déclaré le porte-parole des garde-frontières ukrainiens Demchenko.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a demandé mercredi à son gouvernement de négocier avec Kiev pour créer un «couloir» de transit et permettre aux pèlerins de passer vers les lieux saints en Ukraine.

Les liens entre la Biélorussie et l’Ukraine sont tendus depuis que Loukachenko a accusé Kiev d’avoir attisé les troubles politiques et les manifestations de masse qui ont éclaté après avoir remporté la victoire lors d’élections contestées le mois dernier.

Dans sa déclaration de mercredi, Kiev a déclaré que le scrutin présidentiel du 9 août en Biélorussie avait été « douteusement » organisé.

L’Ukraine et Israël tiennent à éviter un pic d’infections, Kiev fermant les frontières aux étrangers jusqu’à fin septembre, tandis qu’Israël s’apprête à imposer un verrouillage de trois semaines à partir de vendredi.

Jusqu’à 3000 juifs hassidiques sont arrivés à Ouman pour les célébrations, a indiqué la police locale. Les forces de l’ordre ont renforcé la sécurité près de la tombe du rabbin Nachman où les pèlerins se sont rassemblés.

L’Ukraine a signalé plus de 162 000 cas de coronavirus et plus de 3 340 décès.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus