Le chef d’Al-Qaida al-Masri tué en Afghanistan

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’Afghanistan a affirmé dimanche avoir tué un grand propagandiste d’al-Qaida sur une liste des plus recherchés du FBI lors d’une opération dans l’est du pays, montrant la présence continue du groupe militant là-bas alors que les forces américaines s’efforcent de se retirer de la plus longue guerre américaine dans un bain de sang continu.

La mort rapportée de Husam Abd al-Rauf, également connu sous le nom d’Abu Muhsin al-Masri, fait suite à des semaines de violence, notamment un attentat-suicide revendiqué par Daech samedi dans un centre éducatif près de Kaboul qui a tué 24 personnes. Pendant ce temps, le gouvernement afghan continue de combattre les militants talibans alors même que les pourparlers de paix au Qatar entre les deux parties ont lieu pour la première fois.

La violence et les meurtres signalés par al-Masri menacent les pourparlers de paix face à face et risquent de plonger cette nation en proie à des décennies de guerre dans une instabilité accrue. Cela complique également les efforts des États-Unis pour se retirer, 19 ans après avoir mené une invasion visant les talibans pour avoir accueilli le chef d’Al-Qaida Oussama Ben Laden après les attaques du 11 septembre.

Les détails sur le raid qui a conduit à la mort présumée d’al-Masri sont restés obscurs, quelques heures après que la Direction nationale afghane des services de renseignement de sécurité a déclaré sur Twitter l’avoir tué dans la province de Ghazni. Al-Qaida n’a pas immédiatement reconnu le décès d’al-Masri. Le FBI, l’armée américaine et l’OTAN n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Le raid afghan a eu lieu la semaine dernière à Kunsaf, un village du district d’Andar, dans la province de Ghazni, à quelque 150 kilomètres (90 miles) au sud-ouest de Kaboul, ont indiqué deux responsables gouvernementaux.

Amanullah Kamrani, chef adjoint du conseil provincial de Ghazni, a déclaré à l’Associated Press que les forces spéciales afghanes dirigées par l’agence de renseignement ont attaqué Kunsaf, qu’il a décrit comme étant sous le contrôle des talibans. À la périphérie du village, ils ont pris d’assaut une maison isolée et tué sept militants présumés lors d’un échange de tirs, dont al-Masri, a déclaré Kamrani.

Ni Kamrani ni l’agence de renseignement n’ont donné de détails sur la manière dont les autorités ont identifié al-Masri, ni sur la manière dont elles ont soupçonné qu’il se trouvait dans le village.

Wahidullah Jumazada, un porte-parole du gouverneur de la province de Ghazni, a déclaré que les forces afghanes avaient tué six militants présumés lors du raid, sans reconnaître qu’al-Masri avait été tué.

Kamrani a allégué, sans fournir de preuves, que les Taliban avaient offert abri et protection à al-Masri. Les talibans ont déclaré dimanche à l’AP qu’ils enquêtaient sur l’incident, sans donner de détails.

Si les talibans avaient fourni une protection à al-Masri, cela violerait les termes de l’accord du 29 février avec les États-Unis qui a relancé les pourparlers de paix en Afghanistan. Cet accord a vu les talibans accepter de «ne pas coopérer avec des groupes ou des individus menaçant la sécurité des États-Unis et de leurs alliés», ce qui inclut al-Qaida.

Les procureurs fédéraux du district sud de New York ont ​​déposé un mandat d’arrêt contre al-Masri en décembre 2018, l’accusant de soutenir une organisation terroriste étrangère et de participer à un complot visant à tuer des citoyens américains. Le FBI l’a mis sur la liste des «terroristes les plus recherchés» du bureau, qui en comprend désormais 27 autres.

Le rousse al-Masri, qui serait né en 1958, est un ressortissant égyptien. Une biographie publiée par Al-Qaida a déclaré qu’il avait rejoint les combattants moudjahidines qui ont combattu l’Union soviétique en 1986.

Il a servi pendant des années en tant que chef des médias d’al-Qaida, offrant des déclarations audio et des articles écrits soutenant le groupe militant. Après des années de silence après la reconnaissance de la mort du fondateur des talibans, le mollah Omar, al-Masri est réapparu en 2018 dans une déclaration audio dans laquelle il se moquait du président Donald Trump et de ceux qui l’avaient précédé à la Maison Blanche.

« Je le nomme » Donald T-Rambo « qui tente de copier le célèbre personnage de fiction américain » Rambo « , qui, avec seulement une kalachnikov, a pu libérer tout l’Afghanistan de l’Union soviétique », a déclaré al-Masri, selon le groupe SITE Intelligence.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus