Erdoğan: Macron cible nos valeurs, veut lancer une croisade contre l’islam

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Après toutes ces années, ils veulent relancer une croisade contre l’islam, a déclaré mercredi le président Recep Tayyip Erdoğan à propos des derniers mouvements islamophobes dans les pays européens, en particulier la France.

« Je n’ai même pas besoin de dire quoi que ce soit à propos de ces gens » déshonorants « qui osent se moquer de notre prophète à travers de soi-disant caricatures », a déclaré le président lors de la réunion du groupe parlementaire du Parti de la justice et du développement (AK Party) au pouvoir à Ankara.

« Nous sommes une nation qui respecte non seulement notre propre religion, mais aussi les valeurs des autres religions. Ce sont nos valeurs qui sont visées », a-t-il ajouté.

Erdoğan a souligné que la liberté d’expression n’a rien à voir avec l’insulte au prophète Mahomet. «Peu importe ce qu’ils font, nous n’abandonnerons pas la défense de la juste cause», a-t-il poursuivi.

Le président a souligné que les dernières initiatives de l’Europe vont à l’encontre des valeurs qu’elles prétendent prétendre.

« Les pays européens ne ressentent même plus le besoin de dissimuler leur haine envers l’islam », a-t-il ajouté.

« La France et l’Europe, en général, ne méritent pas les politiques vicieuses, provocantes et haineuses du (président français Emmanuel) Macron et de ceux qui ont la même mentalité », a poursuivi Erdoğan.

Macron a déclaré la semaine dernière qu’il n’empêcherait pas la publication de caricatures insultant le prophète Mahomet sous prétexte de liberté d’expression, une déclaration qui a suscité l’indignation dans le monde arabe et musulman.

La France a récemment lancé une vaste chasse aux sorcières contre la communauté musulmane à la suite des remarques de Macron caractérisant l’islam comme une religion problématique qui doit être contenue.

De nombreuses organisations non gouvernementales (ONG) et mosquées ont été fermées au cours des deux dernières semaines, tandis que les agressions contre les musulmans ont augmenté.

Macron ce mois-ci a également décrit l’islam comme une religion «en crise» dans le monde entier et a déclaré que le gouvernement présenterait un projet de loi en décembre pour renforcer une loi de 1905 qui séparait officiellement l’Église et l’État en France.

Il a annoncé une surveillance plus stricte de la scolarisation et un meilleur contrôle du financement étranger des mosquées. Mais le débat sur le rôle de l’islam en France a atteint une nouvelle intensité après la décapitation du professeur Samuel Paty, qui, selon les procureurs, a été menée par un Tchétchène de 18 ans qui a eu des contacts avec un terroriste en Syrie.

Après avoir critiqué l’Europe pour ses sentiments anti-musulmans, Erdoğan a ajouté: « Maintenant, ils me ciblent personnellement. »

La Turquie a critiqué mardi l’hebdomadaire français Charlie Hebdo pour avoir publié « de prétendues caricatures répugnantes » prétendument d’Erdoğan.

« Charlie Hebdo vient de publier une série de soi-disant caricatures pleines d’images méprisables prétendument de notre président. Nous condamnons cet effort le plus dégoûtant de cette publication pour répandre son racisme culturel et sa haine », a déclaré le directeur de la communication de la Turquie, Fahrettin Altun, sur Twitter.

« Les soi-disant caricatures sont répugnantes et dépourvues de tout sens de la décence humaine. C’est clairement le produit d’un environnement culturel xénophobe, islamophobe et intolérant que les dirigeants français semblent vouloir pour leur pays », a déclaré Altun.

Tout en soulignant la position de la Turquie d’opposition à toute violence et acte de terrorisme contre les civils, il a déclaré: « Nous ne resterons pas silencieux face aux attaques dégoûtantes contre notre culture et notre religion, quelle que soit leur origine. »

« Les incitations racistes, xénophobes, islamophobes et antisémites ne seront pas en mesure de nous inciter à la réciprocité en nature. Nous refusons de nous plier à vos intimidations et provocations basées sur votre perception de victimisation », a-t-il ajouté.

« Nous appelons tous les amis européens sensés à lutter contre ce genre de racisme culturel primitif, de stérilité intellectuelle et de discours non civilisés. »

Charlie Hebdo, un magazine satirique français de gauche réputé pour avoir publié des caricatures anti-islamiques, a suscité une colère et une indignation généralisées dans le monde musulman.

Plus tôt cette année, il a republié des caricatures insultant l’islam et le prophète Mahomet. Les caricatures ont été publiées pour la première fois en 2006 par le journal danois Jyllands-Posten, provoquant une vague de protestations.

Pendant ce temps, mercredi, les procureurs turcs ont lancé une enquête contre Charlie Hebdo pour «caricatures» diffamatoires dépeignant Erdoğan.

Les pays musulmans réagissent

La Turquie n’est pas le seul pays à avoir réagi contre l’accueil de Macron et de l’islamophobie par l’Europe.

Le président iranien Hassan Rohani a averti mercredi qu’insulter le prophète Mahomet pouvait encourager «la violence et l’effusion de sang».

«Insulter le prophète n’est pas une réussite. C’est immoral. C’est une violence encourageante », a déclaré Rouhani dans un discours télévisé lors de la réunion hebdomadaire du Cabinet.

«C’est une surprise que cela vienne de ceux qui revendiquent la culture et la démocratie, qu’ils encourageraient d’une manière ou d’une autre, même involontairement, la violence et l’effusion de sang», a-t-il ajouté.

Rohani a déclaré: « L’Occident devrait comprendre que … insulter le prophète, c’est insulter tous les musulmans, tous les prophètes, toutes les valeurs humaines et bafouer l’éthique. »

Il a ajouté que «chaque Européen a une dette envers le prophète, car il était le professeur de l’humanité».

Rohani a également appelé l’Occident à «cesser de s’ingérer dans les affaires intérieures des musulmans» s’il «cherche vraiment à atteindre la paix, l’égalité, le calme et la sécurité dans les sociétés d’aujourd’hui».

L’Iran a convoqué mardi un haut envoyé français, le chargé d’affaires, pour protester contre le «comportement inacceptable des autorités françaises», après un chœur de critiques adressées à Macron par de hauts responsables iraniens ces derniers jours.

Le gouvernement saoudien, en revanche, a renouvelé mardi son refus de toute tentative de lier islam et terrorisme, a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le Cabinet a également condamné les caricatures offensant le prophète Mahomet.

La déclaration ne faisait pas référence aux appels lancés dans certains pays musulmans pour un boycott des produits français sur les images affichées en France du prophète.

Le communiqué a ajouté que le Cabinet a également renouvelé «sa condamnation et son rejet de tout acte terroriste ou de toute pratique et action terroriste qui génèrent haine, violence et extrémisme», tout en affirmant que la liberté intellectuelle est un moyen de respect, de tolérance et de paix.

Auparavant, le Pakistan avait convoqué lundi l’ambassadeur de France à Islamabad en réaction à Macron.

«Les graines de haine qui sont cultivées aujourd’hui polariseront la société et auront de graves conséquences», a déclaré le ministre pakistanais des Affaires étrangères Shah Mehmood Qureshi dans un communiqué.

Cette décision est intervenue un jour après que le Premier ministre pakistanais Imran Khan a écrit une lettre au chef de Facebook, Mark Zuckerberg, demandant une interdiction du contenu islamophobe similaire à celle en place pour le contenu de négation de l’Holocauste.

Mercredi, le Grand Imam d’Egypte al-Azhar a également fermement rejeté l’utilisation du sentiment anti-musulman pour rassembler les votes lors des élections à la suite d’images affichées en France du prophète Mahomet.

Cheikh Ahmed al-Tayeb, qui siège à la tête du siège vieux de 1000 ans du savoir musulman sunnite, a également appelé la communauté internationale à criminaliser les actes «anti-musulmans».

Alors que le Grand Imam a fustigé cette décision, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi a déclaré mercredi qu’il rejette toute forme de violence ou de terrorisme de la part de quiconque au nom de la défense de la religion.

« Abuser des prophètes et des messagers est un mépris pour les nobles valeurs religieuses », a déclaré al-Sissi lors d’une cérémonie pour célébrer l’anniversaire du prophète.

«Nous ne pouvons pas imaginer que 1,5 milliard de musulmans portent les péchés et les maux d’un petit groupe qui a dévié.

«Il est de notre droit que nos sentiments et nos valeurs ne soient pas blessés.

« Si les gens ont le droit d’exprimer ce qu’ils ont à l’esprit, je pense que cela devrait cesser lorsqu’il s’agit de blesser les sentiments de plus de 1,5 milliard de musulmans. »

«Arrêtez de nous faire du mal», a déclaré al-Sissi.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus