Macron « très choqué » par la vidéo du producteur frappé par des policiers

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Emmanuel Macron est “très choqué” par les images de la violente interpellation d’un producteur de musique noir par des policiers samedi à Paris et a réclamé à son ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, des “sanctions très claires” lors d’un entretien en tête à tête, rapportent vendredi des médias français.

La diffusion jeudi par le média Loopsider des images de ces “15 minutes de coups et d’insultes racistes” contre Michel Zecler a suscité une vive émotion en France, au-delà même de la classe politique, certaines stars du football comme Antoine Griezmann ou Kylian Mbappé exprimant leur colère sur les réseaux sociaux alors que les critiques contre les méthodes de la police française se multiplient ces derniers jours à la suite de plusieurs interventions violentes.

Les policiers impliqués dans l’interpellation du producteur de musique ont été suspendus et Gérald Darmanin, qui a saisi l’Inspection générale de la police nationale (IGPN), a annoncé qu’il demanderait leur révocation si les faits sont confirmés.

“Ces images sont inqualifiables, elles sont extrêmement choquantes”, a déclaré le ministre de l’Intérieur jeudi soir sur France 2. “Dès que les faits seront établis par la justice (…) je demanderai la révocation de ces policiers, ils ont sali l’uniforme de la République.”

Tout en exprimant son “soutien sans faille” aux forces de l’ordre dans leur globalité, il a ajouté: “Lorsqu’il y a des gens qui déconnent, ils doivent quitter l’uniforme de la République, ils doivent être sanctionnés, ils doivent quitter ce travail, ils doivent être punis par la justice.”

“CE SONT DES DÉLINQUANTS”

Hafida El Ali, avocate de Michel Zecler, a jugé ces propos du ministre de l’Intérieur “scandaleux”.

“Ils n’ont pas déconné”, a-t-elle déclaré vendredi sur RMC au sujet des policiers. “Je ne trouve pas cela suffisant. (…)Les policiers n’ont pas déconné, ils ont commis des infractions, en l’occurrence des violences. Ce sont des délinquants (qui) agressent, (qui) entrent en tout illégalité au sein de la société de mon client, (qui) injurient de manière raciale. Ils ont traité de ‘sale nègre’ mon client. Ce sont des délinquants.”

Les conditions de l’interpellation de Michel Zecler provoquent aussi des réactions indignées jusqu’au sein de la police.

Yves Lefevre, secrétaire général du syndicat Unité SGP-FO, s’est dit sur RTL “outré” et “scandalisé”.

“C’est inexplicable, ça n’a pas lieu d’être dans nos rangs. On ne peut pas accepter de tels agissements”, a-t-il déclaré.

Gérald Darmanin sera auditionné lundi par la commission des lois de l’Assemblée nationale “sur les conditions dans lesquelles les forces de l’ordre ont eu recours à la force lors de différents événements survenus à Paris”, a annoncé jeudi la présidente de cette commission, Yaël Braun-Pivet.

Le ministre de l’Intérieur a saisi mardi l’Inspection générale de la Police nationale (IGPN) après avoir constaté des “comportements graves” de membres des forces de l’ordre lors de l’évacuation, la veille à Paris, d’une manifestation de migrants et d’exilés regroupés place de la République.

Dans son rapport, mis en ligne jeudi soir par Gérald Darmanin, l’IGPN relève un “manquement par usage disproportionné de la force” à propos d’un croc-en-jambe effectué par un commissaire sur un migrant et demande des investigations supplémentaires sur le cas d’un journaliste du média Brut, qui dit avoir été frappé à terre par des policiers.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus