Verres organiques, histoire d’une petite révolution de l’optique Made in France

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les verres organiques osnt indissociables de l’histoire de Lissac, une enseigne toujours jeune, innovante et performante malgré son centenaire d’existence. Lissac, c’est l’histoire de plusieurs révolutions techniques et marketing qui ont durablement marqué et inspiré le monde de l’optique.

Une paire de lunettes, c’est bien sûr une monture, que l’on choisit en fonction de ses goûts, mais c’est aussi et surtout des verres. Indispensables pour assurer une vision parfaite, ils ont longtemps été en verre jusqu’à ce qu’un Français, Georges Lissac, ait l’idée d’utiliser du plastique : ainsi est né le premier verre organique dans les années 50. Une invention qui a révolutionné le marché de l’optique !

Des verres inspirés des cockpits d’avion

« Au commencement était le verre ». Ainsi pourrait commencer l’histoire des verres de lunettes en paraphrasant le prologue de l’évangile selon Jean et son célèbre « Au commencement était le verbe ». Car effectivement, pendant des siècles, les verres de lunettes étaient… en verre ! Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il n’existait pas d’autres matériaux possédant les propriétés nécessaires à un équipement optique de qualité. Le verre avait l’avantage d’être transparent, d’être résistant aux rayures et d’être malléable, donc de pouvoir prendre une forme convexe pour corriger l’hypermétropie ou concave pour traiter une myopie. Mais ces verres en verre minéral, comme disent les opticiens dans leur jargon, avaient deux inconvénients majeurs : ils étaient lourds et surtout, ils se cassaient facilement. C’est pour cette raison qu’un opticien français, Georges Lissac, a cherché un matériau capable de remplacer le verre pour concevoir ses lunettes.

Pour se substituer au verre, Georges Lissac pense immédiatement au plastique, d’autant que ce n’est pas la première fois qu’il utilise cette matière. En effet, juste après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, alors que la France connaît des pénuries de matières premières, il a déjà eu la bonne idée de remplacer le métal des montures de lunettes par du plastique. C’était en 1946 avec le lancement des montures AMOR qui connurent un succès phénoménal, en France comme à l’étranger. Convaincu que le plastique est la solution à son problème, Georges Lissac envoie l’un de ses proches collaborateurs, René Grandperret, en quête du matériau idéal. Et c’est aux Etats-Unis que ce diplômé de l’Institut d’optique de Paris va dénicher la perle rare : un plastique transparent et résistant. Produit par PPG, une firme basée à Pittsburgh, en Pennsylvanie (1), c’est ce plastique qui était utilisé pendant la Seconde Guerre Mondiale pour réaliser les cockpits des bombardiers américains. Le nom de cet étonnant matériau alors inconnu en Europe, le CR39 : CR pour Colombia Resin et 39 parce que ce serait au bout de la 39ème tentative que les ingénieurs de PPG seraient parvenus à leurs fins après de multiples essais. René Grandperret ramène ce CR39 et France et, avec Georges Lissac, travaille à la conception de verres organiques pour remplacer les verres minéraux. Les deux hommes s’entourent de spécialistes en physique et chimie et adaptent ce matériau à la lunetterie. C’est ainsi qu’en 1958, LOR, la filiale de Lissac qui va faire des verres en matière plastique sa spécialité, lance ORMA 1000, le tout premier verre de lunettes organique. Pourquoi ORMA ? Tout simplement parce que c’est l’anagramme d’AMOR, le modèle de lunettes à succès conçu par Georges Lissac douze ans plus tôt.

Une technologie encore largement utilisé

Avec les années, d’autres références de verre organiques sont venues compléter l’offre chez les opticiens, comme le MR8, le MR10, le Trivex ou encore le Tribrid. Mais plus de soixante ans plus tard, le CR 39 utilisé par Georges Lissac pour ses verres ORMA reste la matière organique de référence. D’ailleurs, ce tout premier verre organique « reste une référence sur le marché » et « existe encore au catalogue Essilor, aujourd’hui leader mondial sur le marché du verre », précise Jean-Luc Favène, l’actuel directeur général de Lissac (2).

Aujourd’hui, quelle que soit l’enseigne et quelle que soit la marque de la monture, les verres organiques représentent la quasi-totalité des ventes de lunettes. Il faut dire qu’ils ont de nombreux avantages puisqu’ils combinent les qualités optiques du verre minéral et la durabilité d’un matériau thermo durci.

Quasiment incassable, le verre organique se plie à tous les usages et à toutes les fantaisies. Ce n’est pas un hasard si c’est le type de verre utilisé pour confectionner les lunettes pour enfants et celles destinées aux sportifs. Le verre organique a aussi l’énorme avantage d’être beaucoup moins lourd que le verre minéral. A titre de comparaison, à épaisseur égale, un verre de lunettes fabriqué à partir de CR39 pèse environ la moitié d’un verre classique. De plus, les verres organiques résistent très bien à la chaleur et au contact avec les produits chimiques ménagers. Adaptables à tous les usages, ils répondent à une large majorité des prescriptions, notamment les verres progressifs.

Par ailleurs, les verres organiques conviennent aussi aux modèles solaires. En effet, une large gamme de couleurs peut être obtenue par teinture de la surface ou de la majeure partie du matériau. Enfin, avantage non négligeable, les verres organiques, et en particulier le CR 39, sont peu onéreux et permettent aux plus petits budgets d’acquérir un matériel de qualité à moindres frais.

Quant à son seul petit défaut par rapport au verre minéral, à savoir son manque de résistance aux rayures, il a, depuis son invention par Georges Lissac, était corrigé grâce à l’application de vernis durcisseurs de plus en plus efficaces. Désormais, avec le verre organique, il n’y a plus de hic !

1) http://www.ppgoptical.com/Optical-Materials/CR-39-monomer.aspx

2) https://www.carnetsdubusiness.com/Jean-Luc-Favene-Directeur-General-de-Lissac-L-histoire-de-Lissac-est-aussi-celle-des-opticiens_a2428.html

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus