Entre Pompeo et Biden, la diplomatie américaine en plein grand écart

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Les dirigeants des pays alliés des Etats-Unis se sont pressés mardi de promettre leur coopération au futur président Joe Biden alors même que le secrétaire d’Etat Mike Pompeo évoquait, envers et contre tout, la perspective d’un « second » mandat pour Donald Trump.

Le grand écart diplomatique de la première puissance mondiale devrait être encore plus manifeste lorsque Mike Pompeo se rendra, vendredi, en tournée dans plusieurs pays qui viennent justement de féliciter le démocrate pour son élection.

A Washington, le chef de la diplomatie américaine était interrogé sur les mesures prises par le département d’Etat, un ministère-clé en matière de sécurité nationale, pour favoriser la transition avec les équipes du président élu.

« Il y aura une transition en douceur vers une seconde administration Trump », a lâché le plus fidèle des ministres trumpistes, refusant de reconnaître la défaite du président républicain sortant.

« Nous allons compter toutes les voix », a-t-il ajouté, assurant que le reste du monde était conscient qu’il s’agissait d’un « processus légal » qui « prend du temps ».

Visiblement agacé, il a jugé « ridicule » d’être interrogé sur le risque que la position de Donald Trump sape les efforts de la diplomatie américaine pour garantir des élections « libres et justes » dans d’autres pays.

Le milliardaire affirme avoir gagné l’élection présidentielle du 3 novembre et a promis de batailler en justice pour obtenir un renversement des résultats, sans toutefois apporter la moindre preuve des « fraudes » massives qu’il dénonce.

Avec ses propos, Mike Pompeo semble se positionner parmi les jusqu’au-boutistes du camp trumpiste.

Or vendredi, il doit s’envoler pour la France, puis la Turquie, Israël ou encore l’Arabie saoudite, autant de proches alliés des Etats-Unis dont les dirigeants ont félicité Joe Biden.

Ce qui devrait être une tournée d’adieux d’un secrétaire d’Etat « canard boiteux », comme on désigne un responsable dont on sait déjà qu’il sera bientôt balayé par l’alternance, risque de se transformer en voyage lunaire aux côtés d’homologues qui ont déjà tourné la page des tumultueuses années Trump.

– L’Amérique est « de retour » –

Wilmington, Delaware. Autre ville, autre conférence de presse. Et une autre diplomatie américaine désormais en marche.

Joe Biden, qui prépare sa prise de fonctions prévue le 20 janvier en faisant mine de ne pas se soucier des résistances de Donald Trump, a annoncé s’être entretenu avec plusieurs futurs homologues.

« Je leur ai dit que l’Amérique était de retour », « ce n’est plus l’Amérique seule », a-t-il lancé, brocardant l’unilatéralisme de l’ex-homme d’affaires républicain, chantre de « l’Amérique d’abord ».

Leur réponse a été « enthousiaste », « donc j’ai confiance, nous allons réussir à restaurer le respect dont l’Amérique jouissait auparavant », a-t-il ajouté.

A 77 ans, l’ancien vice-président de Barack Obama promet de restaurer le leadership américain.

Côté européen, la rupture est particulièrement attendue sur l’accord de Paris sur le climat, dont le président républicain est sorti et auquel Joe Biden veut ré-adhérer au premier jour de son mandat, mais aussi sur la lutte contre la pandémie.

Le démocrate propose aussi d’organiser, pendant sa première année à la Maison Blanche, un « sommet des démocraties » pour réaffirmer l’attachement des Etats-Unis au multilatéralisme et à leurs alliés, pris d’assaut pendant quatre ans.

Et ses premiers entretiens téléphoniques, depuis lundi, ont tous abondé en ce sens.

A Emmanuel Macron, Joe Biden a promis de « redynamiser » les relations transatlantiques, « notamment à travers l’Otan et l’Union européenne », malmenées par Donald Trump. Le président français l’a « assuré de sa volonté de travailler ensemble » sur le climat, la santé et la lutte contre le terrorisme.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, pourtant l’un des dirigeants européens les plus proches du milliardaire républicain, s’est dit « impatient » de travailler avec le démocrate sur ces mêmes sujets, tandis que la chancelière allemande Angela Merkel, particulièrement bousculée par le président sortant, a émis « le voeu d’une collaboration étroite et basée sur la confiance ».

Ces leaders européens avaient félicité Joe Biden dès samedi lorsqu’il avait été déclaré vainqueur.

Mais même les dirigeants qui s’étaient montrés plus prudents commencent à se joindre au choeur international. Le Turc Recep Tayyip Erdogan a ainsi adressé mardi au président élu un message pour l’appeler à un « renforcement » des relations bilatérales — tout en remerciant Donald Trump de sa « chaleureuse amitié ».

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus