La rougeole est de retour avec une vengeance, tuée 200000 en 2019

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Une boîte de doses du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole.

Une boîte de doses du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole.
Photo: Elaine Thompson (AP)

Un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la santé et des Centers for Disease Control and Prevention met en évidence une sombre réalité: la rougeole, maladie virale hautement contagieuse mais évitable par la vaccination, a infecté au moins 860 000 personnes et tué plus de 200 000 dans le monde en 2019, soit environ 50% augmentation du nombre de décès par rapport à 2016. Malheureusement, la pandémie de covid-19 est susceptible d’aggraver la situation.

Suite à l’invention d’un vaccin contre la rougeole dans les années 1960, les cas annuels ont fait un bond en avant. Aux États-Unis, la mise en place d’un programme national de vaccination contre les maladies infantiles a conduit à l’élimination locale de la rougeole en 2000. En 2016, les cas ont atteint un niveau record dans le monde, ce qui laisse espérer qu’elle pourrait être éradiquée partout dans un proche avenir. Mais depuis ces jours optimistes, les choses se sont fortement dégradées, en particulier en Europe.

Alors qu’il n’y avait que 5000 cas documentés en Europe en 2016, le l’année prochaine vu plus de 21 000. En 2019, les progrès ont tellement glissé que le Royaume-Uni et plusieurs autres pays ont perdu leur sans rougeole statut de l’OMS. La même année, des flambées de rougeole relativement importantes aux États-Unis – déclenchées par des voyageurs revenant de pays où la maladie n’était pas contenue –presque conduit à son statut étant également dépouillé. Même quand même, les plus de 1200 cas documentés par les États-Unis en 2019 étaient plus que ce qu’ils avaient vu depuis le début des années 1990.

Dans le monde entier, selon le nouveau rapport CDC / OMS libéré Jeudi, il y avait 869 770 cas documentés de rougeole en 2019, le nombre annuel le plus élevé depuis 1996. De nombreux cas de rougeole ne sont pas signalés, donc le nombre réel est plus élevé – quelque 9 millions au total, selon le rapport. Il a également estimé qu’il y avait eu plus de 207500 décès en 2019. C’est la moitié du nombre de décès estimé en 2000, mais un bond considérable par rapport aux 140 000 décès estimés en 2018. La plupart des décès dus à la rougeole surviennent chez des enfants de moins de cinq ans.

Ces augmentations pouvaient être observées dans le monde entier, mais les flambées étaient particulièrement importantes et incontrôlées en Afrique et en Europe. Les deux seuls pays à avoir atteint l’élimination locale pour la première fois en 2019 étaient l’Iran et le Sri Lanka. Et bien qu’il existe d’importantes différences régionales expliquant pourquoi les cas ont augmenté, la raison sous-jacente est la même.

«Dans toutes les Régions de l’OMS, la cause fondamentale de la résurgence était l’échec de la vaccination, à la fois ces dernières années et ces dernières années, provoquant des lacunes immunitaires chez les jeunes et certains groupes d’âge plus âgés», ont écrit les auteurs du rapport.

Parce que la rougeole est si contagieuse, il faut un taux de vaccination très élevé pour l’empêcher de se propager au sein des communautés une fois qu’elle arrive – environ 95 pour cent. Le vaccin actuel utilisé pour la rougeole, une combinaison de vaccins qui protège également contre les oreillons et la rubéole, nécessite deux doses, ce qui complique encore l’observance. À cela s’ajoute le mouvement anti-vaccination, qui a contribué à une méfiance croissante envers les vaccins aux États-Unis et ailleurs.

Jusqu’à présent, les cas de rougeole en 2020 dans le monde ne semblent pas être aussi élevés qu’ils l’étaient l’année dernière, peut-être en partie à cause de l’éloignement physique accru dû à la pandémie de covid-19. Mais il y a déjà eu des baisses documentées des vaccinations de routine cette année dans de nombreux pays, y compris les Etats Unis Les experts de l’OMS et d’ailleurs craignent que la pandémie ralentisse les efforts visant à contenir un large éventail de maladies infectieuses telles que la rougeole, le VIH et la tuberculose, en particulier dans les régions déjà en difficulté. La rougeole n’est pas la seule maladie qui menace de nous submerger, mais c’est l’une des plus évitables.

«Avant qu’il y ait une crise de coronavirus, le monde était aux prises avec une crise de rougeole, et elle n’a pas disparu», a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF, dans un déclaration publié par l’OMS. «Alors que les systèmes de santé sont mis à rude épreuve par la pandémie du COVID-19, nous ne devons pas permettre que notre lutte contre une maladie mortelle se fasse au détriment de notre lutte contre une autre.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus