L’ouverture de la route Misrata-Syrte dépend du retrait des mercenaires, selon l’armée libyenne

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’ouverture de la route reliant la ville portuaire ouest de Misrata et le nord de Syrte dépend du retrait des mercenaires et de l’enlèvement des mines dans la région, a déclaré mardi l’armée du gouvernement d’accord national (GNA) soutenu par les Nations Unies.

Le commandant de l’Unité des opérations conjointes de Syrte-Jufra, le général Ibrahim Beytulmal, a déclaré à l’Agence Anadolu (AA) que la décision prise lors des pourparlers militaires entre les parties rivales sur l’ouverture de la route côtière dépendait du retrait des «mercenaires russes Wagner et Janjawid ainsi que l’enlèvement des mines. »

La sixième série de réunions de la Commission militaire mixte 5 + 5 entre des représentants de l’armée libyenne affiliée au gouvernement libyen légitime et des forces alignées avec le putschiste général Khalifa Haftar a eu lieu la semaine dernière à Syrte. Le but de ces réunions était de faire progresser la mise en œuvre du cessez-le-feu récemment signé, à la suite des pourparlers à Ghadames, une oasis du désert à quelque 465 kilomètres (290 miles) au sud-ouest de la capitale Tripoli, près des frontières de la Libye avec l’Algérie et la Tunisie.

À la suite des pourparlers, qui ont commencé le 19 octobre, il a été convenu que la route côtière, qui relie d’importants centres de population de l’est et de l’ouest du pays, serait ouverte tandis que les mines sur cette route seraient supprimées pour le passage en toute sécurité de civils et unités armées. Les puissances étrangères se retireraient également principalement à Tripoli et Benghazi.

De même, lors des pourparlers de Tunis, le GNA basé à Tripoli avait fortement souligné qu’il n’accepterait pas de nouveaux pourparlers avec la présence des mercenaires étrangers et de leurs systèmes anti-aériens à Syrte.

« Le mouvement militaire autour de Syrte et Jufra ne pointe pas vers le retrait convenu des forces militaires et des mercenaires », a déclaré la semaine dernière le porte-parole de l’armée libyenne, Mohammad Qanunu, s’adressant à la Mission de soutien des Nations Unies en Libye (MANUL).

Les pourparlers ont eu lieu au milieu d’une forte pression internationale après que les parties belligérantes ont convenu d’un accord de cessez-le-feu négocié par l’ONU le mois dernier à Genève. Les initiatives diplomatiques précédentes pour mettre fin au conflit se sont échouées à plusieurs reprises.

Parallèlement aux pourparlers militaires, six jours de pourparlers directs ont eu lieu en Tunisie et se sont terminés dimanche soir, au cours desquels les délégués rivaux ont convenu de tenir des élections nationales le 24 décembre 2021.

Les pourparlers politiques doivent se poursuivre en ligne dans une semaine et se concentrer sur les mécanismes pour former un nouveau gouvernement qui supervisera les sondages et s’appuiera sur des mois de calme relatif depuis que le GNA a organisé une contre-attaque contre une offensive d’un an sur la capitale par Haftar.

Parallèlement, la Tunisie a indiqué que le Forum de dialogue politique en Libye (LPDF) était parvenu à un consensus sur des questions importantes.

Dans une déclaration écrite de la présidence tunisienne, il a été déclaré que les pourparlers se sont déroulés dans une atmosphère constructive et positive, aboutissant à un accord sur une date pour les élections nationales.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus