Les Balkans submergés par l’augmentation des cas de COVID-19

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Pas assez de lits et pas assez de médecins: le nombre de cas de coronavirus qui monte en flèche pousse les hôpitaux des Balkans au bord de l’effondrement, dans des scènes chaotiques rappelant à certains médecins les guerres des années 1990 dans la région.

Après près d’un an à maîtriser plus ou moins les épidémies, le scénario cauchemardesque que craignaient les Balkans depuis le début de la pandémie commence maintenant à se dérouler.

En Bosnie durement touchée, un médecin a décrit la détresse de devoir jongler avec les soins de plusieurs patients dont la vie ne tenait qu’à un fil.

« La situation me rappelle la guerre, et je crains qu’elle ne puisse empirer encore pendant l’hiver », a déclaré le médecin, qui a requis l’anonymat, dans un entretien avec l’Agence France-Presse (AFP).

« Nous pouvons faire le travail de trois (personnes) mais pas de cinq. »

Les Balkans occidentaux, l’un des coins les plus pauvres d’Europe, luttent depuis des semaines contre un pic explosif de coronavirus, son nombre de morts ayant doublé au cours du seul mois dernier pour atteindre près de 10000.

La crise expose les lacunes des systèmes de santé qui ont longtemps souffert d’un faible financement et d’une crise de fuite des cerveaux, avec un exode de jeunes médecins et infirmières prometteurs qui partent chercher de meilleurs salaires et une formation à l’étranger.

Même avant le début de la pandémie, les Balkans affichaient l’un des taux de densité de médecins les plus bas d’Europe, selon les données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les hôpitaux font maintenant face à de nouvelles pénuries, le personnel étant victime de la maladie respiratoire.

En Serbie, quelque 2 000 travailleurs médicaux ont été contraints de s’auto-isoler au moment même où les services médicaux subissent une énorme inondation de patients remplissant des lits dans la capitale Belgrade.

« Je n’ai jamais eu une telle expérience dans ma carrière professionnelle », a déclaré Rade Panic, le président d’un syndicat de médecins serbe, dans une interview accordée à la chaîne de télévision régionale N1 vendredi.

«Je n’avais pas de place pour des patients que nous considérions médicalement comme jeunes, je n’avais nulle part où les transporter», a déclaré l’anesthésiste, qui travaille dans la «zone rouge» d’un hôpital traitant les cas de COVID-19 les plus graves.

Pénurie de lits

La Bosnie, la Macédoine du Nord et le Monténégro font tous partie du top 10 européen en ce qui concerne les taux de mortalité par habitant les plus élevés du continent.

Pourtant, les gouvernements de la région ont été réticents à revenir sur les verrouillages drastiques imposés au début de la pandémie, optant plutôt pour des restrictions plus légères telles que la fermeture anticipée des restaurants.

Alors que la Serbie se bat pour construire deux nouveaux hôpitaux, le Kosovo envisage d’adapter d’anciens hôtels en quartiers de fortune, y compris le Grand Hotel au centre-ville de Pristina.

Le débordement des cliniques à Pristina signifie que certains patients, comme Veprim Morina, 33 ans, sont refusés.

Le médecin « m’a dit de prendre mes médicaments à la maison car les hôpitaux sont pleins », a déclaré le moniteur de fitness à l’AFP.

Morina a réussi à embaucher une infirmière pour fournir un traitement à domicile – une option que ceux qui en ont les moyens optent lorsque c’est possible.

Obtenir un lit d’hôpital nécessite maintenant d’avoir des «connexions», a-t-il déclaré.

« Il faut être très chanceux pour trouver une place. »

Dans la Macédoine du Nord voisine, le gouvernement rassemble des cliniques privées et leur personnel pour traiter les patients atteints de COVID-19 après que les hôpitaux publics ont atteint leur pleine capacité.

«Nous avons fourni de nouveaux lits, mais c’est de plus en plus difficile», a déclaré la semaine dernière le ministre de la Santé Venko Filipce.

En dehors des cliniques de la capitale Skopje, les proches des patients apportent de la nourriture et parfois même des médicaments à leurs proches.

« Catastrophique. Non organisé. Personne ne répond au téléphone pendant des heures », a déclaré un homme cherchant des informations sur son parent malade.

« Ils (le personnel médical) se battent, donnent le meilleur d’eux-mêmes, mais ils ne peuvent tout simplement pas tout faire. »

Lent à agir

En Bosnie, les magasins, les restaurants et les salles de sport restent tous ouverts, tandis que la Serbie a récemment réduit les heures d’ouverture des entreprises mais s’est arrêtée avant une fermeture totale.

Alors que les progrès en matière de vaccins donnent de l’espoir aux médecins, ils craignent le chaos qui pourrait se produire entre-temps.

« Je ne comprends pas pourquoi les autorités ne mettent pas en place des mesures plus restrictives », a déclaré Jasmina Smajic, médecin de la ville bosniaque de Tuzla.

« Il faut faire quelque chose à ce sujet si nous voulons éviter des conséquences catastrophiques. »

Les médecins croates ont également mis en garde contre les pénuries de personnel et d’équipement.

Plus de 2 100 patients sont actuellement hospitalisés et 3 000 pousseront le système de santé à «s’effondrer», disent-ils.

Les experts affirment que les politiciens ont eu du mal à trouver un équilibre entre le contrôle du virus et la protection des économies fragiles.

« Nous sommes trop pauvres pour que toutes (les mesures de verrouillage) soient répétées deux fois », a déclaré l’économiste croate Ljubo Jurcic.

PM croate en quarantaine

Pendant ce temps, les médias locaux ont rapporté samedi que le Premier ministre croate Andrej Plenkovic était entré en quarantaine après que sa femme ait été testée positive pour le coronavirus.

Le premier ministre conservateur a été testé négatif pour le virus, a rapporté le journal Jutarnji List, citant une déclaration du gouvernement.

Ana Maslac-Plenkovic souffrait de légers symptômes de COVID-19, la maladie causée par le virus, puis a fait un test samedi matin, qui est revenu positif.

Son mari a ensuite été automatiquement placé en quarantaine de 10 jours.

En raison de l’augmentation du nombre d’infections, des mesures plus strictes pour contenir la pandémie de coronavirus sont entrées en vigueur en Croatie cette semaine.

Les restaurants et les cafés ont été fermés et l’obligation de porter des masques doit être contrôlée de plus près à l’avenir. Le gouvernement prévoit des sanctions drastiques pour le non-respect des nouvelles règles, allant de lourdes amendes à des peines de prison.

La Croatie a signalé samedi 3 987 nouveaux cas de virus, selon les autorités sanitaires.

Au total, 25 357 personnes ont été infectées dans le pays, qui compte près de 4 millions d’habitants. Le nombre de morts a augmenté de 55 samedi pour un total de 1655.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus