Sarkozy dénonce des « infamies », la défense pilonne la procédure

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

L’ex-président Nicolas Sarkozy a dénoncé devant le tribunal de Paris des « infamies » lors de son procès pour corruption dans l’affaire des « écoutes », qui a réellement débuté lundi avec une charge de la défense contre la procédure et en présence du troisième prévenu, dont la demande de renvoi a été rejetée.

« M. Nicolas Sarkozy, vous êtes renvoyé devant ce tribunal pour avoir… » En début d’après-midi, l’ancien chef de l’Etat se tient droit à la barre, les mains jointes devant lui, alors que la présidente lit comme d’usage les infractions qui lui sont reprochées.

« Je ne reconnais aucune de ces infamies avec lesquelles on me poursuit depuis six ans », déclare-t-il, avant de se rassoir près de ses deux coprévenus: son avocat Thierry Herzog et l’ancien haut-magistrat Gilbert Azibert.

La chaise de ce dernier était restée vide la semaine dernière: invoquant sa santé fragile dans le contexte de l’épidémie de coronavirus, il avait sollicité un renvoi, finalement rejeté par le tribunal après une expertise médicale.

Lundi, la 32e chambre correctionnelle a ainsi débuté l’examen de cette affaire, dans laquelle les trois hommes encourent 10 ans d’emprisonnement et un million d’euros d’amende, avec de rugueux mais décisifs débats procéduraux.

Dans ce dossier, l’ex-locataire de l’Elysée (2007-2012) est soupçonné d’avoir, avec son avocat Thierry Herzog, tenté de corrompre Gilbert Azibert, alors en poste à la Cour de cassation.

Selon l’accusation, Nicolas Sarkozy cherchait à obtenir des informations couvertes par le secret, voire à peser sur une procédure engagée devant la haute juridiction liée à l’affaire Bettencourt dans laquelle il avait obtenu un non-lieu fin 2013.

En contrepartie, il aurait donné un « coup de pouce » à Gilbert Azibert pour un poste de prestige convoité par ce dernier à Monaco, mais qu’il n’a jamais obtenu.

Jamais un ancien chef de l’État n’avait été jugé pour corruption sous la Ve République. Avant Nicolas Sarkozy, 65 ans, un seul ancien président, Jacques Chirac, avait été jugé et condamné en 2011 dans l’affaire des emplois fictifs de la Ville de Paris, mais sans avoir jamais comparu devant ses juges, pour des raisons de santé.

– « Taupe » –

Cette affaire a surgi d’un autre dossier, celui des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, qui vaut à Nicolas Sarkozy une quadruple mise en examen.

Dans le cadre de ces investigations, les juges avaient découvert en 2014 l’existence d’une ligne téléphonique officieuse entre l’ancien président et son avocat, Thierry Herzog, ouverte sous le nom de « Paul Bismuth ».

Dans les conversations interceptées sur cette ligne, Nicolas Sarkozy s’engage à faire la « démarche » à Monaco pour Gilbert Azibert mais, le lendemain, il affirme avoir renoncé: pour l’accusation, c’est le signe qu’il a appris que cette ligne « Bismuth » était écoutée par les juges.

Une enquête préliminaire, pour tenter de trouver la « taupe » qui aurait informé les deux hommes, a été ouverte par le Parquet national financier (PNF) et dans ce cadre, les fadettes de nombreux avocats ont été épluchées, certains même géolocalisés.

Une procédure « parallèle » pilonnée lundi par la défense, qui estime qu’elle doit entraîner l’annulation entière de la procédure.

« En dépit de moyens exceptionnels, démesurés, dérogatoires et scandaleux », cette enquête a été classée sans suite fin 2019 pour « infraction insuffisamment caractérisée », a souligné Jacqueline Laffont, avocate de Nicolas Sarkozy.

Dans ce cas, la volte-face de l’ancien président n’est pas « du cinéma »: « L’un des piliers de l’instruction s’effondre, la démonstration d’une prétendue contrepartie s’effondre », a-t-elle insisté.

– « Stratagème » –

Elle a aussi vilipendé un « stratagème » du PNF, qui a selon elle « caché » cette enquête afin de « faire échec à la manifestation de la vérité et aux droits de la défense ».

Devant elle, l’ex-président, jambes croisées et mains jointes sur les cuisses, opine souvent de la tête.

« Quelle morgue à l’égard de la défense ! » a renchéri Hervé Temime, l’un des avocats de Thierry Herzog, parlant d’une enquête qui « relève du scandale procédural ». Le « préjudice » est « irrémédiable » et le tribunal ne peut qu' »annuler intégralement la procédure d’instruction », a-t-il lancé.

En fin de journée, la défense s’est attaquée aux écoutes elles-mêmes, pourtant validées en 2016 par la Cour de cassation.

Pour les conseils de MM. Sarkozy et Herzog, « l’ensemble des écoutes », socle de l’accusation, doivent être « écartées des débats », car elles violent selon eux le secret des échanges entre un avocat et son client.

Ils s’appuient entre autres sur un arrêt rendu en juin 2016 par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), qui a estimé que la retranscription d’écoutes peut être utilisée contre un avocat mais pas contre son client.

Le PNF devait répliquer à ces demandes dans la soirée.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus