La police indienne emprisonne un comédien musulman pour des blagues qu’il n’a pas dites

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Un humoriste musulman a été arrêté par les autorités indiennes et envoyé dans une prison du Madhya Pradesh pour des blagues qu’il n’a pas dites à son public.

Munawar Faruqui, 28 ans, de Mumbai, a passé 25 jours en prison pour des blagues qu’il n’a jamais prononcées lors de sa représentation, mais les autorités indiennes affirment qu’il «allait».

Désormais, Faruqui fait face à des poursuites judiciaires dans deux États. Le comédien a été arrêté dans le Madhya Pradesh alors qu’il se produisait par la police d’Indore pour avoir prétendument insulté des divinités hindoues pendant les répétitions. Dans l’Uttar Pradesh voisin, il est recherché à la fois par la police dans une autre affaire présumée d’insultes à la divinité hindoue et par le ministre de l’Intérieur Amit Shah.

Lundi, le banc Indore de la Haute Cour du Madhya Pradesh a réservé sa décision sur la demande de libération sous caution de Farooqi. Le tribunal a examiné la demande de mise en liberté sous caution du comédien après que le tribunal inférieur eut rejeté deux des requêtes plus tôt ce mois-ci.

«Cette audience de mise en liberté sous caution de Munawar Faruqui a duré moins de 15 minutes. Pour une blague, il n’a PAS craqué à Indore, pour une FIR qui ne peut PAS prétendre qu’il a fait la blague, pour un cas pour lequel il n’y a pas de preuve électronique », a écrit Aishwarya S Iyer, journaliste pour la plateforme d’informations numériques The Quint. Twitter.

Les deux États sont gouvernés par le parti de droite Bharatiya Janata (BJP) du Premier ministre Narendra Modi.

Les autorités indiennes ont arrêté le comédien après que des membres d’un groupe hindou peu connu, appelé Hind Rakshak Sangathan, aient rapporté Faruqui, affirmant qu’il avait insulté des dieux hindous pendant sa représentation. Plusieurs amis de Faruqui ont également été arrêtés pour avoir aidé à organiser l’événement.

Bien que le directeur de la police de la ville, Vijay Khatri, ait déclaré dans un communiqué avoir «suffisamment de preuves» contre Faruqui, il a déclaré la semaine dernière au site d’information indien Article 14 que le comédien n’avait pas fait de blagues dans sa performance mais qu’il «allait . »

L’avocat du comédien Anshuman Srivastava a déclaré à Al-Jazeera, basée à Doha, que la police n’avait produit aucune preuve devant le tribunal contre Faruqui. Il a déclaré que la police n’avait pas réussi à prouver que le comédien avait violé les lois en «ayant délibérément l’intention de scandaliser les sentiments religieux».

«Une allégation hypothétique a été formulée par le plaignant et simplement sur la base de la présomption que la police a enregistré une infraction», a déclaré Srivastava, ajoutant que la police avait enregistré la plainte en raison de «pressions politiques».

Les utilisateurs des médias sociaux ont condamné les actions des autorités indiennes et les ont accusées de violer les droits humains et de répression contre les musulmans.

«Munawar Faruqui est toujours en détention pour des« blagues »qu’il n’a jamais racontées et des délits imaginaires. Cela fait une semaine maintenant. Pourquoi sa caution est-elle constamment refusée? Parce qu’il est musulman », a écrit un utilisateur de Twitter.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus