Facebook interdit les comptes liés à l’armée birmane en invoquant un coup d’État

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Facebook a déclaré avoir interdit jeudi tous les comptes restants liés à l’armée birmane, citant l’utilisation par la junte de la force meurtrière contre les manifestants anti-coup d’État.

Cette décision, qui prend effet immédiatement, s’applique aux militaires et aux entités contrôlées par les forces armées sur Facebook et Instagram.

Il interdit également aux « entités commerciales liées à l’armée » de faire de la publicité sur les plateformes.

« Les événements depuis le coup d’État du 1er février, y compris la violence meurtrière, ont précipité la nécessité de cette interdiction », a déclaré le géant des médias sociaux dans un communiqué.

« Nous pensons que les risques de permettre le Tatmadaw sur Facebook et Instagram sont trop grands », a-t-il ajouté, utilisant le nom du Myanmar pour désigner les forces armées du pays.

La junte a régulièrement augmenté son recours à la force contre une campagne de désobéissance civile massive et largement pacifique exigeant que les chefs de l’armée birmane renoncent au pouvoir.

Trois manifestants anti-coup d’État ont été tués lors de manifestations, tandis qu’un homme patrouillant dans son quartier de Yangon contre les arrestations nocturnes a également été abattu.

Facebook a déclaré que son interdiction visait à empêcher les généraux birmans « d’abuser de notre plateforme ».

L’armée a utilisé Facebook pour renforcer ses affirmations selon lesquelles la fraude électorale a entaché une élection en novembre dernier après que le parti du chef civil évincé Aung San Suu Kyi ait remporté un glissement de terrain.

Depuis sa prise du pouvoir, la junte a arrêté des centaines de manifestants anti-coup d’État, ordonné des coupures Internet nocturnes et interdit les plateformes de médias sociaux – y compris Facebook – dans le but de réprimer la résistance.

L’annonce de jeudi fait suite à la décision antérieure de Facebook de lancer une page gérée par le service d’information « True News » du régime après que le géant de la technologie l’ait accusé d’incitation à la violence.

Les pages des bureaux gouvernementaux désormais gérés par la junte restent inchangées.

« Cette interdiction ne couvre pas les ministères et les agences gouvernementales engagés dans la fourniture de services publics essentiels », a déclaré la société. « Cela comprend le ministère de la Santé et des Sports et le ministère de l’Éducation. »

Ces dernières années, des centaines de pages liées à l’armée ont été bloquées par Facebook après que le géant des médias sociaux ait été vivement critiqué pour sa réponse inefficace aux publications malveillantes dans le pays.

Le chef de la junte Min Aung Hlaing et d’autres hauts gradés ont été expulsés de la plate-forme en 2018, un an après qu’une répression menée par l’armée ait forcé environ 750000 membres de la communauté musulmane rohingya à fuir vers le Bangladesh voisin.

Facebook a admis cette année-là qu’il n’avait pas fait assez pour empêcher l’incitation à la violence au Myanmar.

« Nous pouvons et devons faire plus », a déclaré à l’époque Alex Warofka, cadre de Facebook.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus