Amnesty souligne les crimes de guerre commis par des extrémistes au Mozambique

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Des extrémistes, les forces gouvernementales et une « milice privée » soutenant les autorités ont tué sans discrimination des centaines de civils dans la région troublée du nord-est du Mozambique, a déclaré Amnesty International dans un rapport mardi.

La violence alimentée par les islamistes armés dans la province riche en gaz de Cabo Delgado a fait au moins 2600 morts depuis 2017, dont environ la moitié sont des civils, selon une ONG appelée Armed Conflict Location and Event Data (ACLED), a rapporté l’Agence France-Presse ( AFP) a rapporté.

La population locale est « prise entre les forces de sécurité mozambicaines, la milice privée combattant aux côtés du gouvernement et le groupe d’opposition armé connu localement sous le nom d’Al-Shabaab – dont aucun ne respecte leur droit à la vie ou les règles de la guerre », a déclaré Chef régional d’Amnesty, Deprose Muchena. «Tous les trois ont commis des crimes de guerre, causant la mort de centaines de civils».

Les responsables gouvernementaux contactés par l’Agence France-Presse (AFP) ont refusé de commenter et le ministre de l’Intérieur Amade Miquidade n’a pas répondu aux appels sur son téléphone.

Les autorités ont précédemment nié que leurs soldats aient commis des atrocités à Cabo Delgado.

Amnesty a déclaré que son analyse était basée sur des entretiens avec des dizaines de personnes déplacées à l’intérieur du pays, ainsi que sur des critiques de vidéos et d’images, y compris des images satellite.

Le chien de garde a déclaré que le gouvernement avait embauché une société militaire privée sud-africaine, Dyck Advisory Group (DAG), après avoir « perdu un certain nombre de batailles » dans sa quête pour reprendre le contrôle de la région.

Les mercenaires ont tiré des fusils depuis des hélicoptères et largué des grenades à main sans discernement sur les foules, selon Amnesty.

L’AFP a adressé plusieurs demandes de commentaires au DAG mais n’a pas reçu de réponse.

Amnesty a déclaré qu’elle avait enquêté sur une attaque par hélicoptère dans un hôpital de la ville portuaire de Mocimboa da Praia en juin dernier, et que des écoles avaient été critiquées lors d’autres incidents.

Il a déclaré avoir vérifié la vidéo d’un autre incident en septembre, dans lequel les troupes gouvernementales ont battu une femme nue avec un bâton en bois, lui tirant 36 balles et laissant son corps sur l’autoroute.

Lors d’un autre meurtre horrible, les forces de sécurité ont bandé les yeux et ont tiré sur plusieurs hommes à Quissanga avant de jeter leurs corps dans une fosse commune, a déclaré Amnesty.

Après cette attaque, « les forces de sécurité gouvernementales ont emmené des femmes pour être violées dans la base voisine qu’elles avaient installée, où elles ont également détenu, battu et exécuté sommairement plus d’hommes », a-t-il indiqué.

Les extrémistes sont également accusés d’actes odieux de violence à la machette, notamment de nombreuses décapitations et profanations de cadavres.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus