Les troupes éthiopiennes et érythréennes derrière d’éventuels «  crimes de guerre  »: ONU

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

La chef des droits de l’ONU a déclaré jeudi que son bureau avait corroboré de graves violations qui pourraient constituer des « crimes de guerre et des crimes contre l’humanité » dans la région éthiopienne du Tigray, y compris par les troupes érythréennes.

Michelle Bachelet a souligné dans un communiqué la nécessité urgente d’une enquête indépendante sur la situation au Tigray, qui a été secouée par des mois de combats. Son bureau avait « réussi à corroborer des informations sur certains des incidents survenus en novembre de l’année dernière, indiquant des bombardements aveugles dans les villes de Mekele, Humera et Adigrat dans la région du Tigray ».

Il a également vérifié « des informations faisant état de graves violations et abus des droits de l’homme, y compris des massacres à Axum et à Dengelat, dans le centre du Tigré, par les forces armées érythréennes », a-t-il indiqué. Une analyse préliminaire des informations a indiqué que « de graves violations du droit international, pouvant être assimilées à des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité, peuvent avoir été commises par de multiples acteurs du conflit », prévient le communiqué.

Ces acteurs comprenaient les forces de défense nationale éthiopiennes, le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), les forces armées érythréennes et les forces régionales d’Amhara et les milices affiliées, a-t-il déclaré. « Avec la multiplicité des acteurs du conflit, les dénégations générales et le pointage du doigt, il est clairement nécessaire de procéder à une évaluation objective et indépendante de ces rapports », a déclaré Bachelet.

Elle a exhorté le gouvernement éthiopien à autoriser son bureau et d’autres enquêteurs des Nations Unies à accéder à Tigray « en vue d’établir les faits et de contribuer à la responsabilisation, quelle que soit l’affiliation des auteurs ».

La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a souligné que son bureau continuait de recevoir des informations sur les combats en cours dans le centre du Tigray en particulier. Elle a déploré « des informations profondément angoissantes faisant état de violences sexuelles et sexistes, d’exécutions extrajudiciaires, de destructions généralisées et de pillage de biens publics et privés par toutes les parties ».

« Sans enquêtes rapides, impartiales et transparentes et sans demander des comptes aux responsables, je crains que les violations continuent d’être commises en toute impunité, et la situation restera instable pendant longtemps », a-t-elle déclaré.

Bachelet a également exprimé son inquiétude face aux détentions cette semaine à Tigray de journalistes et de traducteurs travaillant pour des médias locaux et internationaux. Alors qu’ils avaient été libérés, elle a souligné les remarques inquiétantes d’un fonctionnaire du gouvernement selon lesquelles les responsables des «médias internationaux trompeurs» seraient tenus responsables.

Le Tigray est en proie aux combats depuis début novembre 2020, lorsque le Premier ministre Abiy Ahmed a annoncé des opérations militaires contre le TPLF, les accusant d’attaquer les camps de l’armée fédérale. Abiy – qui a remporté le prix Nobel de la paix en 2019 – a déclaré la victoire après que les troupes pro-gouvernementales ont pris la capitale régionale Mekele fin novembre, bien que le TPLF ait promis de se battre et que les affrontements aient persisté dans la région.

La présence de troupes érythréennes dans le conflit du Tigré a été largement documentée mais a été niée par les deux pays.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus