in

manifestations aux flambeaux à Nantes et Rennes

Plusieurs milliers de personnes ont participé mardi soir à Nantes et à Rennes à des manifestations aux flambeaux pour protester contre la réforme des retraites du gouvernement, ont constaté des journalistes de l’AFP.

A Nantes, les 10.000 manifestants selon les syndicats, 4.100 selon la police, qui portaient pour certains d’entre eux des torches, scandaient notamment : « Carrières hachées, retraites à chier ! ».

Les premiers gaz lacrymogènes ont été tirés peu après le début de la manifestation par les forces de l’ordre, qui essuyaient de nombreux tirs de mortier, ont constaté des journalistes de l’AFP.

En marge du cortège, des dégradations ont été commises, notamment des commerces saccagés et des tags comme « 49.3 ça passera pas » ou « Macron ne comprend que l’émeute ».

Trois heures après le début de la manifestation, des participants restaient déterminés à poursuivre leur mouvement malgré les tentatives des forces de l’ordre pour les disperser.

Vers 22h30, le calme semblait revenu à Nantes.

A Rennes, 4.000 personnes dont une partie portaient des flambeaux selon les organisateurs, 1.200 selon la préfecture, ont déambulé dans le centre ville dans le calme.

De retour à leur point de départ vers 20H30, les manifestants ont lâché des lanternes en papier dans le ciel en scandant des slogans hostiles à Emmanuel Macron et à la police, avant de se disperser.

Quelques centaines d’entre eux ont toutefois poursuivi leur route pour une « manif sauvage », se séparant en petits groupes pour déjouer le dispositif policier. Vers 23h00, la préfecture d’Ille-et-Vilaine faisait état de onze interventions des pompiers sur des départs de feu, dont un véhicule embrasé par un feu de bac à ordures voisin, et de « quatre interpellations pour incendie et rébellion ».

Par ailleurs, au Mans, environ 300 manifestants se sont réunis autour d’une « sculpture de feu » représentant « 49.3 », en référence à l’article de la Constitution utilisé par le gouvernement pour faire passer la réforme des retraites sans le vote de l’Assemblée nationale, selon un photographe de l’AFP.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Interdire la pilule abortive est « scandaleux », pour son inventeur, Etienne-Emile Baulieu

Whiskey, jouets pour chien et blagues scatologiques devant la Cour suprême des Etats-Unis