in

jusqu’à 10 ans ferme pour des trafiquants de drogue

Les membres d’une bande de trafiquants de drogue qui se livraient à une guerre de territoires dans le quartier Planoise à Besançon ont été condamnés jeudi à des peines allant de un an à dix ans de prison ferme par le tribunal correctionnel.

Les membres de cette bande comparaissaient depuis lundi devant la juridiction bisontine. Ils devaient répondre de violences avec armes, association de malfaiteurs et trafic de stupéfiants sur fond de lutte avec un autre gang pour le contrôle du commerce de stupéfiants dans ce quartier de reconquête républicaine.

Au total, neuf condamnations ont été prononcées, dont trois en l’absence des prévenus qui sont en fuite, dont le chef présumé du réseau. Des mandats d’arrêt ont été prononcés à leur encontre, à l’audience.

Ces peines d’emprisonnement ferme sont assorties d’une interdiction du territoire régional, de détenir une arme soumise à autorisation, voire de confiscation de sommes d’argent et de téléphones portables ayant servi à commettre les méfaits.

« Mon client est satisfait de sa peine de sept ans de prison, une peine qui est réduite par rapport aux réquisitions et qu’il acceptera. Il reconnaissait l’ensemble des faits qui lui étaient reprochés et sait qu’il a commis des actes très graves », a déclaré Me Catherine Bresson, avocate de l’un des prévenus.

Le parquet avait requis des peines allant jusqu’à 15 ans de réclusion.

En juin dernier, sept membres du clan rival avaient été jugés pour les mêmes faits et six avaient été condamnés à des peines de 3 à 10 ans d’emprisonnement par la même juridiction. Un avait été relaxé. Hasard du calendrier, la cour d’appel de Besançon a justement confirmé jeudi la condamnation à 10 ans de prison pour l’un des membres de cette autre bande.

Entre novembre 2019 et mars 2020 les deux bandes rivales s’étaient affrontées pour le contrôle du trafic de stupéfiants dans le quartier de Planoise. Cette guerre des gangs avait donné lieu à 18 épisodes d’échanges de coups de feu, faisant 11 blessés au total dans les deux camps, dont des mineurs, et un mort de 23 ans.

Au total, 57 personnes avaient été mises en examen dans cette affaire qui avait fortement ébranlé les quelque 20.000 habitants de Planoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

GIPHY App Key not set. Please check settings

Aubry fustige la « vision humiliante et prétentieuse » de Macron

Le premier lancement d’une fusée imprimée en 3D n’a pas été un échec TOTAL