Technologie

Les méduses lancent des grenades de venin pour piéger les proies

PARIS, FRANCE —
Une espèce de méduse chasse ses proies en lançant des grenades au venin pour créer "de l'eau piquante", ont déclaré jeudi des chercheurs, résolvant un mystère de longue date sur la façon dont ils rassemblent la nourriture sans tentacules.

La méduse Cassiopea xamachana, trouvée dans les eaux peu profondes de la Floride, des Caraïbes et de la Micronésie, est une nuisance fréquente pour les plongeurs et les surfeurs qui semblent se piquer sans toucher les créatures.

On pensait que les piqûres provenaient de tentacules détachés ou de spécimens plus jeunes.

Mais une équipe du U.S.Naval Research Laboratory a réalisé que Cassiopea avait en fait développé une nouvelle façon de chasser sans tentacules.

Les créatures étaient allongées sur le dos et lobaient des globules de mucus enrichi en venin dans le ciel de l'eau.

Ces structures, appelées cassiosomes, peuvent tuer des proies et sont probablement la cause de «l'eau piquante», un phénomène vécu par les plongeurs en apnée et les pêcheurs dans les eaux tropicales.

L'équipe a analysé les cassiosomes et a découvert que leur couche externe était recouverte de milliers de cellules urticantes.

Bien que le venin ne soit pas assez fort pour présenter un risque grave pour l'homme, il détruit les cellules de la peau et est mortel pour les petits organismes.

Selon Cheryl Ames, de la Tohoku University Graduate School of Agricultural Science du Japon, l'eau piquante "provoque une sensation de démangeaison à la brûlure et, selon la personne, peut provoquer suffisamment d'inconfort pour lui donner envie de sortir du l'eau."

Elle a dit que les résultats de l'étude, publié dans Nature Communications Biology, pourrait aider les touristes, les plongeurs et même le personnel de l'aquarium à éviter l'inconfort à l'avenir.

Ames a déclaré à l'AFP que le monde de la science a bien d'autres choses à apprendre des méduses.

"Ils ont un comportement complexe et coordonné avec les yeux des lentilles formatrices d'image, et certains peuvent même tuer des humains en quelques minutes", a-t-elle expliqué à l'AFP.

"Il y a beaucoup à apprendre sur eux et leurs applications à la biotechnologie."

Comments

0 comments

Tags
Loading...

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

Veiller activer le bloqueur de publicité afin de naviguer sur notre site. Merci pour votre compréhension.

Send this to a friend