Le Premier ministre australien est insulté dans une zone ravagée par les incendies de forêt

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

PERTH, AUSTRALIE –
Le Premier ministre Scott Morrison a été confronté à des habitants en colère qui l'ont insulté et insulté jeudi alors qu'il visitait un coin ravagé par les incendies de forêt du pays.

Des habitants de Cobargo, en Nouvelle-Galles du Sud, lui ont crié dessus, ont fait des gestes obscènes et l'ont traité d '"idiot" et pire encore, le critiquant pour le manque d'équipement pour faire face aux incendies en ville. Ils se moquaient de sa voiture. Dans la ville de Quaama, en Nouvelle-Galles du Sud, un pompier a refusé de lui serrer la main.

"Chaque fois que cette zone est inondée ou incendiée, nous n'obtenons rien. Si nous étions à Sydney, si nous étions sur la côte nord, nous serions inondés de dons avec des secours d'urgence urgents", a déclaré un habitant de Cobargo.

L'effusion de colère est survenue alors que les autorités ont déclaré que 381 maisons avaient été détruites sur la côte sud de la Nouvelle-Galles du Sud cette semaine. Au moins huit personnes sont décédées cette semaine en Nouvelle-Galles du Sud et dans l'État voisin de Victoria.

Plus de 200 incendies brûlent dans les deux États les plus peuplés d'Australie. Des flammes ont également brûlé en Australie-Occidentale, en Australie-Méridionale et en Tasmanie.

"Je ne suis pas surpris que les gens se sentent très crus en ce moment. Et c'est pourquoi je suis venu aujourd'hui, pour être ici, pour le voir par moi-même, pour offrir le confort que je pouvais", a déclaré Morrison, ajoutant: "Il y a toujours, vous savez, des jours très dangereux nous attendent. Et nous le comprenons, et c'est pourquoi nous allons faire tout notre possible pour nous assurer qu'ils reçoivent tout le soutien dont ils auront besoin. "

Morrison, qui a également été critiqué pour ses politiques en matière de changement climatique et accusé de placer l'économie au-dessus de l'environnement, a insisté sur le fait que l'Australie "relève le défi mieux que la plupart des pays" et "dépasse les objectifs que nous avons fixés".

Le temps plus frais depuis mardi a aidé à combattre les incendies et a permis aux gens de se ravitailler, avec de longues files de voitures se formant dans les stations-service et les supermarchés. Mais des températures élevées et des vents forts devraient revenir samedi, et des milliers de touristes ont fui la côte est du pays jeudi avant l'aggravation des conditions.

Les autorités de la Nouvelle-Galles du Sud ont ordonné aux touristes de quitter une zone de 250 kilomètres (155 milles). Le ministre des Transports, Andrew Constance, l'a qualifié de "plus grande réinstallation massive de personnes hors de la région que nous ayons jamais vue".

Le Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Gladys Berejiklian, a déclaré vendredi l'état d'urgence de sept jours, accordant aux responsables des pompiers plus d'autorité. Il s'agit du troisième état d'urgence pour la Nouvelle-Galles du Sud au cours des deux derniers mois.

"Nous ne prenons pas ces décisions à la légère, mais nous voulons également nous assurer que nous prenons toutes les précautions nécessaires pour nous préparer à ce qui pourrait être une journée horrible samedi", a déclaré Berejiklian.

Le début précoce et dévastateur des incendies de forêt d'été en Australie a conduit les autorités à classer cette saison la pire de l'histoire. Environ 5 millions d'hectares (12,35 millions d'acres) de terres ont brûlé, au moins 17 personnes ont été tuées et plus de 1 400 maisons ont été détruites.

La crise "continuera de sévir jusqu'à ce que nous puissions obtenir une pluie décente qui puisse faire face à certains des incendies qui brûlent depuis de très nombreux mois", a déclaré le Premier ministre.

À Victoria, où 83 maisons ont brûlé cette semaine, les militaires ont aidé des milliers de personnes qui ont fui vers le rivage alors qu'un feu de forêt menaçait leurs maisons dans la ville côtière de Mallacoota. Des vivres, de l'eau, du carburant et une expertise médicale étaient livrés, et environ 500 personnes allaient être évacuées de la ville par un navire de guerre.

"Nous pensons qu'il y a environ 3 000 touristes et 1 000 habitants. Tous ne voudront pas partir, tous ne pourront pas monter à bord en même temps", a déclaré le Premier ministre de Victoria Daniel Andrews à l'Australian Broadcasting Corporation.

La fumée des incendies de forêt a fait de la qualité de l'air de la capitale, Canberra, la pire au monde, selon un classement jeudi.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus