La Grèce menace de bloquer l'accord avec la Libye sur le différend frontalier maritime

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

ATHÈNES, GRÈCE —
La Grèce bloquera tout accord de paix européen sur la Libye, à moins qu'un accord entre le gouvernement internationalement reconnu de Tripoli et la Turquie sur les frontières maritimes ne soit abandonné, a averti jeudi le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.

Les commentaires de Mitsotakis lors d'une interview télévisée sont intervenus un jour avant ses entretiens prévus avec le général libyen Khalifa Hifter, dont les forces combattent le gouvernement de Tripoli. Hifter est arrivé à Athènes jeudi soir et a rencontré le ministre grec des Affaires étrangères Nikos Dendias.

La Grèce, membre de l'Union européenne, s'oppose à l'accord sur la frontière maritime entre le gouvernement de Tripoli et la Turquie, qui ignore les droits de la mer grecque dans une zone qui contiendrait des gisements de gaz naturel potentiellement riches.

Mitsotakis a qualifié l'accord turco-libyen d '"inacceptable et illégal" dans son interview sur Alpha TV, ajoutant qu'il avait fait part de ses intentions de bloquer un éventuel accord de paix à de hauts responsables européens.

"La Grèce, au niveau d'une réunion au sommet (de l'Union européenne), n'acceptera jamais de solution politique sur la Libye qui n'implique pas comme condition préalable l'annulation de cet accord", a-t-il déclaré.

"Pour faire simple, nous utiliserons notre veto avant même que la question n'atteigne le sommet, au niveau des ministres des Affaires étrangères (UE)", a-t-il déclaré.

Les relations entre la Grèce et la Turquie, rivales régionales, se sont considérablement détériorées ces derniers mois en raison des droits d'exploration et de forage sous-marins dans la mer Égée, au large de Chypre et dans les zones situées au sud de l'île grecque de Crète, qui sont incluses dans l'accord turco-libyen.

Ankara a augmenté les enjeux en explorant les eaux contrôlées par la Grèce et Chypre, un autre membre de l'UE, y compris l'envoi de navires de forage escortés par des navires de guerre dans des eaux où Chypre a des droits économiques exclusifs.

Le 2 janvier, la Grèce, Israël et Chypre ont signé un accord pour construire un gazoduc sous-marin pour transporter le gaz des nouveaux gisements offshore du sud-est de la Méditerranée vers l'Europe continentale.

La Turquie s'oppose fermement au projet, qui verrait une partie du pipeline EastMed de 1 900 kilomètres (1 300 miles) traverser les eaux qu'elle revendique dans le cadre de son accord avec le gouvernement de Tripoli.

Mitsotakis a également déclaré qu'Athènes était très déçue de ne pas avoir été invitée à un sommet international sur la Libye à Berlin dimanche, et téléphonera jeudi à la chancelière allemande Angela Merkel pour discuter de la question.

"Il était faux que nous n'ayons pas été invités", a déclaré MItsotakis. "Nous avons des frontières maritimes avec la Libye et nous aurions dû être à Berlin."

La réunion de Berlin, à laquelle les États-Unis, la Russie, la France, l'Égypte et d'autres ont également été invités, vise à rassembler de nombreux pays qui ont des intérêts dans la guerre civile en cours en Libye.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available