La neige tombe à Bagdad pour la première fois depuis plus d'une décennie

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

BAGDAD, IRAK —
Les habitants de Bagdad se sont précipités pour avoir des combats de boules de neige ou prendre des photos mardi alors que la capitale irakienne se réveillait tapissée de blanc par seulement sa deuxième chute de neige en un siècle.

La dernière chute de neige enregistrée dans la ville remonte à 2008, mais c'était une affaire rapide et surtout de la neige fondante – et avant cela, cela faisait un siècle que Bagdad n'avait vu aucun flocon.

Les Iraquiens, jeunes et vieux, ont déclaré que c'était la première fois qu'ils voyaient de la neige tomber à Bagdad.

Les palmiers emblématiques de la ville étaient délicatement entourés de blanc et les bâches du camp de protestation antigouvernemental de longue date de la place Tahrir dans le centre-ville étaient saupoudrées de neige.

Les gens qui se rendaient au travail ont arrêté leur voiture pour prendre des photos ou se lancer dans des combats de boules de neige impromptus.

"Les chutes de neige pourraient continuer jusqu'à mercredi étant donné le temps très froid", a déclaré Amer al-Jaberi, responsable des médias du Centre météorologique irakien.

"Cette vague de froid est venue d'Europe", a-t-il déclaré à l'AFP.

Les habitants de Bagdad sont plus habitués à la chaleur qu'au froid.

La température la plus élevée enregistrée dans la capitale a été de 51 degrés Celsius (124 degrés Fahrenheit), un record qu'elle a approché à plusieurs reprises ces dernières années.

Au sud de la capitale, la neige tapissait également la ville sainte chiite de Karbala, qui attire des pèlerins du monde entier vers ses sanctuaires célèbres, les mausolées à coupole dorée d'Abbas et de l'Imam Hussein.

Les chutes de neige sont plus fréquentes dans le nord de l'Irak, où la neige a recouvert la ville meurtrière de Mossoul, mais au centre et au sud, il y a rarement assez de précipitations.

L'Iraq a été frappé par une succession d'événements météorologiques extrêmes ces dernières années.

En 2018, des pénuries d'eau chroniques ont déclenché une crise sanitaire dans le centre et le sud, mais l'année suivante, de fortes pluies ont provoqué des inondations meurtrières et d'importants dégâts aux habitations et aux cultures.

Des cloques ont ensuite frappé le nord, provoquant des incendies de forêt et des récoltes torrides.

Les experts disent que l'Irak manque de financement ou d'infrastructures pour faire face au changement climatique et à la désertification de terres autrefois productives.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available