Rebelles du Yémen: bilan de 35 morts, principalement des enfants

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

SANAA, YÉMEN —
Au moins trois douzaines de personnes, dont 26 enfants et six femmes, ont été tuées dans des frappes aériennes par des forces dirigées par l'Arabie saoudite au Yémen au cours du week-end, ont déclaré les rebelles houthis du Yémen, faisant augmenter le nombre de morts.

Les rebelles soutenus par l'Iran ont déclaré que la coalition dirigée par l'Arabie saoudite avait effectué des frappes aériennes de représailles tôt samedi dans la province montagneuse de Jawf, dans le nord du pays, après que leurs combattants eurent abattu un avion de guerre de la coalition la veille.

La coalition a déclaré qu'elle enquêtait sur "d'éventuels dommages collatéraux" à la suite d'une opération de sauvetage de l'équipage de deux hommes de l'avion de chasse Tornado. Il a indiqué que le lieu où se trouvaient les deux pilotes restait inconnu.

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite, composée principalement d'États arabes, combat les rebelles depuis le début de 2015, et elle est intervenue pour rétablir l'effondrement du gouvernement internationalement reconnu dirigé par le président yéménite Abed Rabbo Mansour Hadi.

Un communiqué du ministère de la Santé dirigé par les Houthis a indiqué lundi que les frappes aériennes avaient frappé des maisons civiles dans le district d'al-Maslub. L'attaque a fait au moins 35 morts et 23 blessés, dont 18 enfants et une femme.

La coalition dirigée par l'Arabie saoudite a déclaré que certains des blessés avaient été transportés en Arabie saoudite pour y recevoir des soins médicaux.

Les habitants locaux ont déclaré que la coalition visait les combattants houthis, qui s'étaient réfugiés dans un quartier résidentiel près du lieu du crash.

Au moins trois maisons ont été détruites lors des frappes aériennes de la coalition, tuant toutes les personnes à l'intérieur, ont-ils déclaré.

L'Associated Press n'a pas pu confirmer s'il y avait des combattants houthis parmi les victimes. Les résidents locaux ont parlé sous couvert d'anonymat par crainte de représailles.

Le colonel Turki al-Maliki, porte-parole de la coalition, a déclaré samedi que les pilotes avaient réussi à s'éjecter en toute sécurité avant le crash. Il a déclaré que les rebelles houthis étaient responsables de la "vie et de la sécurité" des pilotes.

Le crash du week-end et les frappes aériennes sont survenus au milieu de violents affrontements entre les forces gouvernementales yéménites et les Houthis dans les provinces de Marib, Jawf et Sanaa. Des centaines de personnes, pour la plupart des combattants, ont été tuées lors des récents affrontements qui ont également contraint au moins 4700 familles à fuir, selon l'ONU.

Dans une campagne acharnée, des frappes aériennes dirigées par des Saoudiens ont frappé des écoles, des hôpitaux et des mariages et tué des milliers de civils yéménites. Les Houthis ont utilisé des drones et des missiles pour attaquer l'Arabie saoudite.

La guerre a tué plus de 100 000 personnes, y compris des combattants et des civils, selon le projet de données sur les lieux et les événements des conflits armés, qui suit les rapports de violence au Yémen. La guerre a également créé la pire crise humanitaire au monde, laissant des millions de personnes souffrant de pénuries alimentaires et médicales.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available