Une frappe aérienne dans le nord-ouest de la Syrie fait 15 morts avant le sommet de Moscou

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Beyrouth –
Une frappe aérienne dans un village tenu par les rebelles dans le nord-ouest de la Syrie a frappé une ferme avicole où plusieurs familles déplacées se sont réfugiées tôt jeudi, tuant au moins 15 personnes, dont des enfants, et en blessant plusieurs autres, ont déclaré des militants de l'opposition.

Les militants ont accusé les avions de guerre russes de la frappe du village de Maaret Musreen, qui abrite des milliers de personnes déplacées.

La grève a eu lieu quelques heures avant une réunion entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et le président russe Vladimir Poutine pour discuter de l'escalade dans la province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, qui survient au milieu d'une offensive du gouvernement syrien soutenue par la Russie.

Les combats à Idlib – le dernier bastion rebelle de la Syrie – ont tué des centaines de personnes et déplacé près d'un million de personnes, dont beaucoup ont fui vers le nord en direction de la frontière avec la Turquie.

La Turquie et la Russie sont les deux principaux intermédiaires de l'énergie en Syrie et soutiennent chacune des parties rivales dans le conflit de neuf ans.

La violence a empiré à Idlib ces dernières semaines, la Turquie envoyant des milliers de soldats dans la région pour soutenir les insurgés syriens qui y sont restés. Mais Erdogan n'a pas pu arrêter l'offensive du président syrien Bashar Assad, qui a commencé début décembre.

Les troupes syriennes et turques se sont engagées dans des combats meurtriers, faisant au moins 58 soldats turcs morts depuis le début du mois de février ainsi que des dizaines de soldats syriens.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme, basé en Grande-Bretagne, a déclaré que la frappe aérienne de jeudi a frappé une ferme avicole ayant utilisé une colonie pour les Syriens déplacés, tuant 15 personnes, dont des femmes et des enfants. Il a indiqué que 18 autres personnes avaient été blessées.

La défense civile syrienne de l'opposition, également connue sous le nom de Casques blancs, a également blâmé les avions de guerre russes pour la grève. Ils ont indiqué que 14 personnes avaient été tuées, dont cinq femmes et deux enfants.

Des photos de la grève publiées par la défense civile montrent des ambulanciers paramédicaux utilisant un bulldozer pour enlever un plafond qui s'est apparemment effondré sur les gens. Le groupe a déclaré qu'il avait fini de récupérer les corps sous les décombres jeudi matin.

L'agence de presse Step, un collectif militant, a déclaré que 16 personnes ont été tuées, dont cinq enfants, et que 18 personnes ont été blessées.

De tels écarts sur le nombre de victimes ne sont pas rares au lendemain des attentats en Syrie.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus