Iran – La maladie de coronavirus atteint une nouvelle apogée en Iran

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

Hassan Khalilabadi, membre du conseil municipal de Téhéran, a mis en garde hier sur la situation à Shahr-e-Rey et Kahrizak, au sud de Téhéran : « Kahrizak est le point rouge de l’épidémie de coronavirus (…) Certaines victimes ont été enterrées dans les anciens cimetières de Shahr-e-Rey. » Un de ses collègues a déclaré : « le nombre de morts à Téhéran, que nous connaissons, ne correspond en aucune façon aux chiffres globaux qui sont annoncés. »

Selon l’un des médecins de l’hôpital Baqiyatallah de Téhéran, au moins 4 personnes sur 5 qui meurent d’une infection à Coronavirus sont signalées comme étant mortes à cause d’une maladie respiratoire aiguë. De nombreux patients meurent de coronavirus avec syndromes d’un infarctus ou décédant d’un manque de souffle sont signalés comme ayant succombé à une crise cardiaque. De nombreux patients atteints de coronavirus sont libérés avant leur rétablissement complet, sans aucune mesure de précaution susceptible de propager la maladie.

Hossein-Ali Haji-Deligani, un député du Majlis, dont les propos à l’attention du ministre de l’Economie et des Finances ont été publiées dans le quotidien officiel Hamshari, a déclaré : « environ 3000 employés de banque ont contracté le coronavirus, et 42 sont morts. Alireza Ghanadan, le directeur général de l’Organisation de gestion et de supervision des taxis de Téhéran, a annoncé que 302 chauffeurs de taxi ont contracté le coronavirus. »

Les gens à la maison, dans les rues et sur les marchés se moquent de ce que le régime appelle le plan de « distanciation sociale intelligente ». Les experts du régime s’opposent également au retour forcé au travail sous le couvert de la « distanciation sociale intelligente », qui a débuté samedi. Ce 13 avril, Abbas Aghazadeh-Masrour, chef de l’Assemblée générale de l’Organisation du système médical, a déclaré au quotidien Ressalat : « Je crois que la distanciation sociale intelligente, comme nous la voyons, est condamnée à ne pas contrôler l’épidémie de coronavirus, et le nombre de morts et de patients infectés demeure inquiétant. »

Aujourd’hui, Abdol-Reza Azizi, président de la commission des Affaires sociale du Majlis, a déclaré au quotidien Hamshahri : « j’ai proposé un verrouillage. Si nous ne le faisons pas, la maladie du coronavirus deviendra chronique dans le pays et son impact social, psychologique, sanitaire et économique sera bien plus important que pendant la fermeture du pays. Si nous ne le faisons pas et qu’en même temps on ne prenne pas de dispositions pour assurer la subsistance de la population, la chaîne (de l’épidémie) ne sera pas interrompue. »

Le nombre de décès dépasse 27 000

La principale organisation de l’opposition iranienne (OMPI / MEK) a annoncé le 13 avril que le nombre de décès dus au coronavirus en Iran a dépassé les 27 000 dans 267 villes du pays. Le nombre de victimes dans les provinces de Téhéran est de 4300, de Guilan 2220, de Mazandaran 1860, de Khouzistan 1120, d’Azerbaïdjan de l’Est 790, …

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus