Un rapport de l'ONU note une baisse du nombre de civils afghans tués

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

KABOUL –
Un rapport de la mission des Nations Unies en Afghanistan lundi a noté une baisse du nombre de civils tués dans des violences au cours des trois premiers mois de cette année, par rapport à la même période l'an dernier, mais a souligné le lourd tribut que le conflit continue d'infliger. la population civile.

Le rapport indique que 533 personnes, dont 152 enfants, sont décédées des suites des combats dans le pays ravagé par la guerre au premier trimestre 2020, et des centaines d'autres ont été blessées. Cela représente une baisse de 29% par rapport à la même période en 2019 et le nombre de décès le plus bas pour un premier trimestre de l'année depuis 2012.

Le rapport est arrivé alors que la police de Kaboul a déclaré qu'une bombe collante attachée à un véhicule a explosé lundi dans la capitale, mais n'a fait aucun blessé.

Selon le rapport, les talibans et d'autres groupes militants antigouvernementaux, comme l'affilié du groupe État islamique en Afghanistan, ont été responsables de la majorité des victimes civiles au cours des trois premiers mois – soit 55%. Les talibans sont responsables de près de 39% des pertes civiles, selon le rapport, soit une augmentation de 22% par rapport à la même période l'an dernier.

Le porte-parole des Taliban, Zabihullah Mujahid, a rejeté le rapport des Nations Unies comme une tentative "de dissimuler les crimes quotidiens contre les civils commis par les forces américaines et afghanes".

"Les Afghans constatent que la plupart des victimes civiles sont dues à des bombardements aveugles, à des tirs de roquettes sur des villages et des villes ainsi qu'à des raids sur des maisons civiles", a déclaré M. Mujahid.

Le rapport de l'ONU a déclaré que les forces afghanes et leurs alliés étaient responsables de 32% de toutes les victimes civiles au cours du premier trimestre de 2020. Le rapport a également déclaré que les forces progouvernementales étaient responsables de plus de victimes d'enfants que les talibans et d'autres militants et plus de deux fois plus de nombreux décès d'enfants – principalement en raison de décès infligés lors de frappes aériennes et de tirs indirects lors d'opérations terrestres contre des militants.

Les enfants et les femmes continuent d'être touchés de manière disproportionnée par la violence, a-t-il ajouté, ajoutant que la mission des Nations Unies a documenté que 152 enfants et 60 femmes sont morts dans la violence du 1er janvier au 31 mars.

Le rapport a également souligné une augmentation inquiétante de la violence en mars, alors que l'on espérait que le gouvernement afghan et les talibans entameraient des négociations après un accord de paix signé par les talibans et les États-Unis fin février.

Le rapport est intervenu un jour après que Zalmay Khalilzad, l'envoyé américain pour la paix en Afghanistan, a appelé les dirigeants du pays en querelle à mettre de côté leurs divergences pour combattre la pandémie de coronavirus et COVID-19, la maladie causée par le virus, et faire avancer l'accord américain en panne. avec les talibans.

Deborah Lyons, la représentante spéciale du chef de l'ONU pour l'Afghanistan, a fait écho à cet appel, affirmant qu'elle avait appelé "toutes les parties à saisir l'occasion" et "à concentrer leurs efforts collectifs sur la lutte contre un ennemi commun, la pandémie de COVID-19".

"Pour protéger la vie d'innombrables civils en Afghanistan et donner à la nation l'espoir d'un avenir meilleur, il est impératif que la violence cesse avec l'établissement d'un cessez-le-feu et que les négociations de paix commencent", a-t-elle déclaré.

L'Afghanistan a signalé 1 703 cas et 57 décès dus au coronavirus.

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus

No Content Available