Roll up, roll up: le cirque hongrois bat le virus en devenant safari park

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on whatsapp
WhatsApp

SZADA, Hongrie (Reuters) – Comme de nombreux propriétaires d’entreprise, Jozsef Richter a dû fermer son cirque pendant le verrouillage de la Hongrie pour aider à freiner la propagation du coronavirus, mais il a trouvé une autre façon de divertir les visiteurs tout en respectant les règles de distanciation sociale.

Des gens sont assis dans une voiture alors que le Cirque national hongrois ouvre un safari en voiture pendant l’épidémie de maladie à coronavirus (COVID-19), à Szada, Hongrie, le 19 mai 2020. REUTERS / Bernadett Szabo

Les gens peuvent désormais voir une centaine d’animaux de cirque dans le confort de leur propre voiture dans son Szada Safari Park, qui a ouvert ses portes mercredi. Le parc de cinq acres est à une courte distance en voiture à l’est de Budapest.

Les animaux comprennent des chameaux, des éléphants, des girafes et même deux «zonkeys» – un croisement entre un zèbre de cirque et un âne.

«J’ai longtemps rêvé de créer un tel parc, mais il aurait été très difficile de le faire fonctionner à côté du cirque», a expliqué Richter. « Maintenant … nous avons dû fermer pendant plusieurs mois, alors j’ai pensé que ce serait le moment. »

Les visiteurs font déjà la queue pour voir les animaux, qui, selon Richter, sont tous habitués à la proximité et à l’attention humaines.

Les chameaux piquent la tête à travers les vitres des voitures pour trouver des bâtons de carotte. Les girafes et les éléphants se mettent également à contribution pour se servir de friandises végétariennes.

« Les gens restent dans leurs voitures, il n’y a pas de contact (entre humains) », a expliqué Richter. « Les animaux sont dociles et habitués aux gens. »

Le parc jette également une bouée de sauvetage financière à son entreprise. Le prix d’entrée pour les adultes est de 2000 forints (6,25 $) et pour les enfants de 1500 forints.

«Cela nous aide à survivre (fermeture)», a expliqué Richter. « Les réserves pourraient s’épuiser … C’est mieux que de compter sur la charité ou de demander de l’aide, et nous divertissons notre public. »

« Je pense que les animaux aiment aussi recevoir de petites friandises et être à nouveau sous les projecteurs. »

L’une des premières visiteurs du parc, Ildiko Nandori, sept ans, a déclaré qu’elle avait apprécié la visite: «C’était bien parce que nous pouvions nous approcher et même toucher les animaux.»

Écriture de Marton Dunai; Montage par Gareth Jones

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.

Comments

0 comments

Dans la même catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles

Cinéma

Technologie

Les plus lus